OM, qui est partant ?

Panoramic
Même si tout serait arrangé et clarifié entre Jacques-Henri Eyraud et André Villas-Boas, le recrutement de Paul Aldridge, cet entremetteur réputé pour placer des joueurs en Premier League, dit bien ce qu'il veut dire. Que ce soit à court ou moyen terme, l'OM veut se montrer plus efficace et rapide afin de se séparer de certains éléments à même de lui rapporter de l'argent. Même s'il ne reste plus que dix jours, ça pourrait arriver dès cet hiver, et Villas-Boas lui-même l'avait dit en conférence de presse il y a un mois : "Si on vend pas, on ne prendra personne. C'est un marché qui fonctionne sur la dernière semaine." On y est.

Les possibles


Si Villas-Boas estime que l'OM, normalement, n'a pas à vendre puisqu'il n'est pas spécialement intéressé par une arrivée, il précise aussi que la perspective de l'Euro peut influer. Un seul semble concerné : Kevin Strootman, transparent au milieu. Estimé à un peu plus de dix millions d'euros, le Néerlandais garde une certaine cote en Serie A, mais aussi en Angleterre voire en Allemagne. Quant à Valère Germain, dont les apparitions se font de plus en plus rares, une relance en Ligue 1 est envisageable (Rennes, Nantes ?), mais à seulement cinq millions d'euros environ. Enfin, Grégory Sertic est le seul à être en fin de contrat au terme de la saison. Son transfert ne représenterait qu'une bouchée de pain.

Les titulaires


Là, ce serait beaucoup plus problématique. Le départ d'un des cadres finirait évidemment de fâcher Villas-Boas. Morgan Sanson est dans la discussion, car il est de loin celui qui rapporterait le plus à l'OM (environ 30 millions d'euros). Mais son départ cet hiver vers l'étranger (Angleterre, Allemagne) apparaît donc hautement improbable, de même que ceux des latéraux Jordan Amavi - totalement relancé - et Hiroki Sakai. Reste Nemanja Radonjic, qui vaut encore moins cher (plutôt vers les cinq millions que les dix) et commence enfin à compter à Marseille.