Ligue 1 : Rennes empoche sa troisième victoire d’affilée contre Angers

Le debrief


La Ligue Europa pénalise-t-elle les clubs français en championnat ? La question se pose une nouvelle fois au regard des résultats des clubs engagés en C3 cette saison. Séduisants avant d’entamer leur campagne européenne (trois victoires en septembre) puis de plonger au classement, les Rennais sortent la tête de l’eau depuis leur élimination. Restant sur deux succès consécutifs, les protégés de Julien Stéphan étaient remontés à la huitième place et ne comptaient pas s’arrêter en si bon chemin au moment d’aborder cette rencontre.

Subissant d’abord la possession angevine, ils ont eu la réussite de voir une reprise de Fulgini repoussée par l’intérieur du montant droit d’Edouard Mendy dès l’entame. Appliquant les consignes de Julien Stéphan en laissant le ballon à des Angevins qui n’aiment pas l’avoir pour mieux contrer, ils ont gagné en assurance au fil des minutes. Et comme la doublette Raphinha – Niang était dans un grand soir, les Bretons se sont détachés sur deux actions identiques, une percée du Brésilien conclue par le Sénégalais. Profitant de leur fraîcheur physique nouvelle pour faire mal dans les duels et tenir leur plan de jeu jusqu’au bout du temps additionnel, où ils ont concédé leur unique frappe cadrée, les Rennais prennent trois nouveaux points qui leur permettent de grimper au quatrième rang.

« On prend trop de buts sur des erreurs de concentration. Si on les évite, on peut prendre des points ». Le diagnostic, signé Vincent Manceau, analysait les deux dernières défaites du SCO à Nice puis face à Marseille. Deux revers frustrants qui avaient fait retomber l’éphémère dauphin du PSG au neuvième rang. Pour ce déplacement au Roazhon Park, Stéphane Moulin avait réglé les boulons, envoyant notamment Aït Nouri (fautif lors de la réception de l’OM) sur le banc. Profitant de la fébrilité de leurs hôtes en début de partie, les visiteurs ont enchaîné les situations autour de la surface bretonne, mais sans parvenir à inquiéter E.Mendy.

Douchés par un contre meurtrier à la 24eme, ils ont ensuite hésité à se projeter. La seconde réalisation rennaise, toujours sur une ouverture dans le dos de la défense, a enterré leurs espoirs de capitaliser en terre bretonne. La réduction du score, à deux minutes du coup de sifflet final, pourrait tenir de l’anecdote si elle n’était pas significative au niveau statistique : frappant onze fois au but, le club du Maine-et-Loire n’avait toujours pas cadré jusque-là. Un manque de réalisme lui faisant perdre une nouvelle place.
L’instant T :
On vient à peine d’engager. Mangani profite de l’avantage laissé par M.Delerue pour prendre le couloir gauche et enrouler un centre vers le second poteau. Passé dans le dos de Morel, Fulgini reprend de l’intérieur. Croisée, la balle roule hors de portée d’Edouard Mendy mais finit sa course sur la base du montant opposé ! Le scénario aurait été tout autre pour quelques centimètres.
 

Les buts


24eme minute (1-0)
Rennes ouvre le score ! Sur un long dégagement de Maouassa, M.Niang gagne son duel de la tête et dévie dans le course de Raphinha. Le Brésilien file sur l'aile gauche avant d'adresser un subtil ballon en retrait. Au terme de ce long une-deux, le Sénégalais reprend du point de penalty et de l'intérieur du gauche pour croiser hors de portée de Butelle !

80eme minute (2-0)
Rennes fait le break ! Lancé à la limite du hors-jeu par Léa-Siliki, Raphinha s'envole sur l'aile droite et centre au cordeau pour M.Niang, qui termine le travail de l'intérieur à bout portant !

90+3eme minute (2-1)
Angers réduit le score ! Sur un corner venu de la gauche de Mangani, Pajot dévie de la tête à l'entrée des 5,50. Au second poteau, Alioui a bien suivi pour pousser au fond.

Les tops et les flops

 
RAPHINHA (7)

La deuxième recrue la plus chère de l’histoire du Stade Rennais commence à s’acclimater à l’air breton. Le Brésilien a mis au supplice Pellenard et Manceau, enrhumés dans leurs couloirs respectifs par la capacité de percussion du transfuge du Sporting. Sachant lever la tête en bout de course, il a servi M.Niang sur un plateau d’argent à deux reprises.
Angelo FULGINI (6)

L’ancien Bleuet a étalé son talent sur la pelouse du Roazhon Park. Contrôles orientés, talonnades, déviations en une touche, râteaux à la pelle… Cherchant toujours à créer des brèches et jouer vers l’avant, il n’a pas vu ses initiatives bonifiées par des partenaires techniquement un cran en-dessous. Ciblé par ses adversaires comme la menace principale, il a essuyé quantité de tampons et tacles en retard.
Romain DEL CASTILLO (4)

Contrastant avec le milieu rennais - peu à peu monté en régime – et la doublette Raphinha – M.Niang, l’ailier formé à Lyon s’est très peu montré. On a surtout remarqué la balle de break vendangée à la 51eme, lorsqu’il a envoyé en tribune sa volée, alors même qu’il n’était qu’à quelques mètres du but et que la défense angevine le regardait.

La feuille de match

 

RENNES – ANGERS : 2-1


Roazhon Park, Rennes, (15 000 spectateurs environ)
Temps humide – Pelouse de qualité
Arbitre : M.Delerue (7)

Buts : M.Niang (24eme et 80eme) pour Rennes, Alioui (90+3eme) pour Angers

Avertissements : Da Silva (26eme), H.Traoré (44eme) et Camavinga (67eme) pour Rennes, R.Thomas (45eme) pour Angers

Expulsion : néant

Rennes
Rennes
E.Mendy (4) – H.Traoré (5), Da Silva (cap) (6), Morel (5), Maouassa (5) puis Nyamsi (45eme) (6) – Raphinha (7), Bourigeaud (4), Léa-Siliki (5), Del Castillo (4) puis Camavinga (64eme) - Hunou (5) puis Tait (79eme), M.Niang (6)

N'ont pas participé : Salin (g), Gnagnon, Grenier, D.Sakho

Entraîneur : J.Stéphan

Angers
Angers
Butelle (4) – Manceau (4), I.Traoré (cap) (4), R.Thomas (4), Pellenard (4) puis Aït Nouri (71eme) – Santamaria (4) - Capelle (4) puis Thioub (64eme), Fulgini (6), Mangani (5), Lage (4) puis Pajot (85eme) - Alioui (5)

N'ont pas participé : Petkovic (g), A.Bamba, Pavlovic, Bobichon

Entraîneur : S.Moulin