Aulas ne regrette rien, surtout pas Sylvinho

Icon Sport

"Nous allons prochainement le recevoir pour un entretien préalable à une éventuelle rupture de son contrat de travail." Circulez, il n’y a plus rien à voir : le cas Sylvinho a été tranché. Pour le bien de l’institution, comme on dit… Jean-Michel Aulas ne devrait pas trop regretter son technicien brésilien. A moins que celui-ci revienne un jour, à l’image d’un Claude Puel, lui jouer un vilain tour… sur le banc du rival stéphanois.

 

 

« JMA » est déjà passé à autre chose, mais reste en revanche fidèle à son cher Juninho. Un directeur sportif qui, dans la tourmente de ce début de saison, a su assumer son choix défaillant en sacrifiant son compatriote. Tout en confirmant ce mardi, au lendemain de l’annonce fatale à Sylvinho, rester en retrait "au soutien sportif de l’institution" (la fameuse…), Jean-Michel Aulas a loué le comportement de son ancien joueur vedette, confronté (déjà) à sa première crise. Convaincu que "l’organisation que j’avais souhaité mettre en place fonctionne pleinement."

"Juni a pris ses responsabilités"

"Juni a pris ses responsabilités", apprécie le patron de l’Olympique Lyonnais. L’ex-maître-tireur de coup-francs "a toute notre confiance, assure-t-il, celle du comité de gestion, comme la mienne. Il s’est tout de suite mis au travail pour nous proposer une solution intérimaire. Nous apportons notre soutien total à Juni et souhaitons lui donner les moyens de poursuivre le début de saison en Ligue des Champions et surtout de retrouver une place en championnat plus cohérente avec les ambitions et les attentes du club." Et de rappeler qu’on vient de jouer uniquement la 9ème journée.

Une nouvelle ère a donc débuté, elle est transitoire avec la promotion interne d’un Gérald Baticle, ex-adjoint de Sylvinho, présent au club depuis 2011 et qui a pu diriger ce jour sa première séance en tant qu’entraîneur par intérim. "Gérald a pour mission d’impulser une nouvelle orientation au management du groupe professionnel", indique Juninho sans plus de précision.   

 

 

Reste à trouver la perle rare, capable de fonctionner en binôme, et donc main dans la main, avec « Juni », qui lui-même ne dira rien ni des prospectives engagées, ni du profil recherché, se contentant de réaffirmer les objectifs sportifs : "En Champions League, notre objectif est de nous qualifier pour les huitièmes de finale. En championnat, nous nous devons de rattraper le retard qui est le nôtre et, d’ici la trêve hivernale, nous avons l’ambition de retrouver une place sur le podium, annonce-t-il. Nous avons maintenant 10 matches devant nous pour y parvenir et combler le déficit de 7 points avec le 3e", a conclu celui qu’on continue de présenter comme le seul maître à bord du secteur sportif. On se dit toutefois que ce cher « Juni » a désormais tout intérêt à ne pas se tromper…