Au petit trot, Paris gagne quand même 5-0

Reuters

S'il fallait un symbole de ce que représente le PSG en Ligue 1 cette saison, la rencontre de samedi avec Amiens aurait des airs de candidate idéale. Même sans Neymar, Thiago Silva, Kimpembe, Meunier, Alves ni Kurzawa, même en trottinant pendant 93 minutes, le club aux mains des Qatariens depuis 2011 a confirmé qu'il était simplement injouable pour les clubs de l'hexagone.

Avant la trêve internationale, l'Olympique Lyonnais avait montré du mordant et de l'inspiration au Parc des Princes, pour finalement repartir de la capitale avec un cinglant 5-0 dans la besace. Amiens n'a pas désiré prendre les mêmes initiatives pour ce match de reprise, il a rencontré un PSG brouillon et somme toute moyen et cela n'a rien changé à l'issue du duel : une défaite tout aussi lourde (5-0). Prochain adversaire des champions de France dimanche 28 octobre, l'OM peut décemment craindre le Classique à venir. 

Un score en trompe-l’œil

Malgré cinq buts plus ou moins jolis, ce PSG-Amiens n'aura pas eu de quoi emballer les foules. Sans réelles accélérations, sans redoublement de passes, sans pressing intense, la troupe de Thomas Tuchel s'est contentée de gérer une situation devenue rapidement tranquille grâce à deux corners de Di Maria transformés en buts par Marquinhos (1-0, 12e) et Rabiot (2-0, 42e). 

Prévue dans le calendrier entre les matches internationaux et la Ligue des champions (Paris accueille Naples mercredi), cette rencontre avait, de fait, peu de chances de se transformer en spectacle soutenu. Le PSG s'est même permis le luxe de laisser le ballon aux visiteurs pendant quasiment toute la seconde période, il n'a jamais été inquiété par un retour picard et a donc décidé d'inscrire trois nouveaux pions durant les dix dernières minutes. 

Draxler, de la tête (3-0, 80e), Mbappé, d'une frappe placée (4-0, 2e) et Diaby, au terme d'un joli rush (5-0, 87e), ont soigné leurs statistiques en plus de confirmer l'immense déséquilibre qui règne dans le championnat de France de première division. En 10 journées, Paris a pris 30 points, marqué 37 buts et n'a toujours pas ressenti la moindre inquiétude concernant l’acquisition d'un huitième titre en L1. Vous avez dit suspense ?