Yann Bodiger, un pari espagnol réussi

En deux ans, Yann Bodiger est passé d'un statut de réserviste à Toulouse à celui de remplaçant face au Real Madrid ou Séville. Une progression express qui vient récompenser le héros du maintien acquis par Toulouse à la dernière journée de la saison 2015-2016. C'est surtout un pari réussi pour celui qui qui avait glissé dans la hiérarchie du Téfécé après son coup-franc héroïque.

Lors de la phase aller de la saison 2018-2019, le joueur formé chez les Violets a perdu la confiance d'Alain Casanova et n'a joué qu'un match de Ligue 1. Pour rebondir, un départ de son club formateur a été inévitable pour lui. Pour y arriver, le natif de Sète a pris des risques en acceptant un prêt à Cordoue, en deuxième division espagnole. Un choix surprenant qui lui a offert plus de possibilités qu'il était possible d'en imaginer. Ses 14 apparitions dans l'antichambre de la Liga n'ont pas permis d'éviter la relégation de son club à l'échelon inférieur. Mais ses performances ont éveillé l'intérêt de plusieurs équipes. Et c'est finalement une opportunité de regarder plus haut qui s'est présentée à l'international espoir. Durant l'été 2019, Yann Bodiger a définitivement coupé le cordon avec Toulouse. Il s'est engagé pour deux saisons avec Cadiz. Et ce transfert lui a permis de goûter à des succès inespérés.

Un premier titre et des apparitions en Liga


Dans une saison 2019-2020 perturbée par le Covid-19, le milieu de terrain a joué 21 matchs pour sa première saison pleine à l'étranger. Une première expérience qui lui a permis de gagner son premier titre : celui de champion de Liga 2. Son équipe a créé la surprise en dominant le championnat pour s'offrir le titre et retrouver l'élite du football espagnol. Personne n'attendait les Astilleros aussi haut au classement. Ni Yann Bodiger en Liga. C'est pourtant ce qui est arrivé à la rentrée 2020.

L'ancien Toulousain, dont le temps de jeu a été réduit avec l'accession à l'élite, est entré en jeu lors des trois premières journées de la Liga. S'il est resté sur le banc face au Real Madrid, il a eu l'opportunité de jouer quelques minutes face à Séville. « J’avais à cœur de progresser et de revenir dans l’élite du football. Je ne cherche pas à démontrer quoi que ce soit, c’est simplement la suite de ma carrière. Parfois, on est amené à partir et je ne regrette rien » a avoué Yann Bodiger dans des propos cités par Furia Liga. On le comprend. Chaque week-end, il croise désormais les mastodontes du football espagnols. Une sacrée aventure qui lui a permis de changer de statut en moins de deux saisons.