Séville, la touche marocaine

Vahid Halilhodzic n’a pas fini de se rendre en Andalousie. Et ce n’est pas pour lui déplaire. Car Séville compte désormais trois internationaux marocains (Yassine Bounou, Youssef En-Nesyri et Oussama Idrissi) et un qui pourrait bientôt le devenir (Munir El Haddadi). "Je suis allé en vacances à Séville. J'adore cette ville. C’est beau. Mais maintenant, avec trois joueurs de Séville, je dois encore y retourner (rires)", plaisantait le sélectionneur des Lions de l’Atlas dans une interview accordée à ABC de Sevilla au début du mois, avant la confirmation de la signature d’Idrissi en provenance de l’AZ Alkmar pour quelques 12 millions d’euros.

"Coach Vahid" supporter de Séville


Une concentration dans le même club qui est une bonne chose pour le technicien de 68 ans. Ainsi que pour la popularité du club sévillan au Maroc… "Je ne pense pas qu'il y ait beaucoup d'équipes qui ont trois joueurs de la même sélection étrangère. Ici, au Maroc, les gens ont toujours été avant tout supporters du Barça ou du Real Madrid. Mais il me semble que ça peut changer. Je suis convaincu que, de plus en plus, il y aura une affection particulière pour Séville parmi la population marocaine. Et je peux déjà vous dire que je serai pour Séville", lance ainsi «Coach Vahid» dans le quotidien espagnol.

Munir bloqué par la FIFA


Lors de la dernière trêve internationale, et les rencontres amicales contre le Sénégal (3-1) et la République Démocratique du Congo (1-1), deux d’entre eux ont joué : le gardien Yassine Bounou, alias Bono, révélé, en prêt, lors de la conquête de la sixième Ligue Europa du club et qui a été acheté à Gérone cet été, et l’attaquant Youssef En-Nesyri, débarqué de Leganes en janvier. Idrissi, arrivé blessé au dernier jour du mercato, était absent, et n’a repris l’entraînement qu’en début de semaine. Munir El-Haddadi était lui bien du rassemblement, mais ses débuts en sélection ont encore été repoussés. La FIFA a bloqué son changement de nationalité sportive, non pas en raison de sa sélection avec l’équipe A espagnole, mais car il a disputé des matchs avec les Espoirs ibériques après 21 ans. La Fédération marocaine a fait appel de cette décision devant le Tribunal arbitral du sport. Il faudra donc encore patienter avant de voir les quatre hommes alignés ensemble, à Séville comme en sélection.