Séville joue sur tous les fronts

En voyant l'Atlético et le Barça ne prendre que deux points sur neuf à eux deux, cette semaine, c'est forcément le moment d'y croire pour Séville. Les Andalous n'ont perdu qu'une fois lors de leurs douze derniers matchs de Liga et restent sur cinq victoires de rang, meilleure série en cours du championnat. Meilleure défense avec seulement seize buts encaissés (à égalité avec l'Atlético), les joueurs de Jaume Lopetegui n'avaient jamais concédé si peu d'unités après 22 matchs, dans toute l'histoire du club. Jusqu'au but de Dahoud pour Dortmund mercredi, ils ont tenu 727 minutes toutes compétitions confondues sans prendre le moindre but, à 54 minutes de leur record de 2008. Avec 45 points, ils n'ont aussi qu'une seule longueur de retard sur le meilleur total du club à ce stade de la Liga, en 2017.

Encore en course pour la deuxième place, les Sévillans n'ont jamais atteint un tel accessit depuis 1957 ! Le dernier podium est un peu plus récent, en 2009. "Le bilan se fait à la fin de la saison, mais nos objectifs sont clairs, clame Lopetegui en conférence de presse. On est sur le chemin, et Osasuna est le prochain obstacle." Le chemin du rêve... D'autant que la magnifique aventure ne s'arrête pas là pour Jules Koundé et ses coéquipiers, également bien partis pour atteindre la finale de Coupe du Roi après avoir dominé le Barça 2-0 à l'aller. Face à Bilbao ou Levante, ils seraient logiquement favoris en finale.

Et puis, les tenants de Ligue Europa n'ont pas abandonné tout espoir de rejoindre les quarts de finale de Ligue des Champions. Certes battu 3-2 par Dortmund à la maison, la semaine dernière, Séville n'a jamais perdu son match retour à l'extérieur lorsque cette situation s'est présentée en Coupe d'Europe - en Ligue Europa, en l'occurrence : deux victoires en 2011 à Porto (0-1) et en 2014 au Bétis (0-2), et un nul chez le Bayern en 2018 (0-0).

>