Real Madrid : Après Benzema, le déluge ?

Panoramic

Tout ou presque a déjà été dit sur la dépendance du Real Madrid à Karim Benzema. De la théorie à la pratique, les faits l'ont confirmé sur les deux derniers matchs, disputés sans l'attaquant français blessé : deux victoires 1-0 d'une indigence rare, à Valladolid en Liga puis Bergame en Ligue des Champions, où les deux buts ont été inscrits par les joueurs défensifs Casemiro et Ferland Mendy... "C'est le seul qui marque, en plus de faire jouer les autres, confirme Benjamin Da Silva. Oui, ça fait un trou, il y a clairement un manque. Casemiro est le deuxième meilleur buteur du club, c'est dire l'importance et la valeur de Benzema. Il est totalement indispensable."



Le flop Luka Jovic ou Mariano Diaz ont toujours été dans une galaxie très lointaine par rapport à l'avant-centre français, incontestable pilier du club avec Sergio Ramos (le défenseur joue chez les Merengue depuis 2005, l'ancien Lyonnais depuis 2009). "Toutes les équipes dépendent de leurs grands joueurs, surtout quand elles n'ont pas le banc, insiste notre spécialiste de la Liga. A l'avenir, lorsqu'il partira, il faudra un buteur niveau Ligue des Champions pour le remplacer. Il est peut-être encore plus important que Sergio Ramos, car c'est lui qui marque et donc qui fait gagner les matchs..." D'où le rêve d'un Kylian Mbappé ou d'un Erling Haaland pour la Maison Blanche.

Impliqué sur 159 buts du Real depuis cinq ans, le record du club sur cette période (devant Cristiano Ronaldo impliqué sur 126 buts), Benzema a marqué au moins quinze fois lors de dix de ses onze saisons passées dans la capitale espagnole. Alors que Cristiano Ronaldo avait marqué 28% des buts du Real lors du premier passage de Zinedine Zidane - 112 sur 393 -, "KB9" en a lui inscrit 30% depuis le retour de son compatriote sur le banc - 51 sur 171. Rien à ajouter, si ce n'est que le Real le regrettera probablement (très ?) longtemps.


>