Mangala va-t-il saisir sa chance ?

Albert Celades a surpris vendredi soir, lors du match nul entre son équipe de Valence et l’Atlético de Madrid (2-2). Car l’ancien milieu de terrain bordelais, qui entraîne depuis septembre sa toute première équipe professionnelle, avait choisi de titulariser le revenant Eliaquim Mangala, aligné seulement pour la troisième fois de la saison en Liga. La première, c’était au mois de novembre contre le Betis, après 651 jours sans match officiel ! La faute à une grave blessure au genou droit subie en février 2018, lorsqu’il a été prêté par Manchester City à Everton. Transféré l’été dernier à Valence, Mangala, qui y avait plutôt laissé une bonne impression lors de son prêt en 2016-2017, a ensuite vécu deux saisons quasiment blanches.

Quatrième défenseur central de l’effectif


Et ce nouvel exercice s’annonçait encore particulièrement délicat pour l’international tricolore (29 ans, 8 sélections), qui a même été annoncé à l’OL au mercato hivernal. Il doit donc surtout cette titularisation de vendredi à un concours de circonstances, dont il pourrait toutefois réussir à tirer profit. Car pour Celades, Mangala, qui a aussi eu droit à quelques secondes de jeu contre l’Ajax et à une titularisation face à Logrones en Coupe du Roi, est le quatrième défenseur central de l’effectif. Il voulait d’ailleurs en recruter un autre début février, après la rupture des ligaments antérieurs du genou droit d’Ezequiel Garay, forfait jusqu’à la fin de saison. Pour remplacer l’Argentin, c’est un autre Français, Mouctar Diakhaby, qui a été promu lors des deux derniers matchs aux côtés de l’inamovible Gabriel Paulista. Sauf que le Brésilien est suspendu pour les deux matchs des huitièmes de finale de Ligue des champions contre l’Atalanta Bergame…

Mangala-Diakhaby ou une autre surprise ?


Celades a donc décidé de donner du temps jeu à Mangala en prévision de ce double affrontement, avec un premier acte mercredi à Milan. Contre les Madrilènes, il est logiquement apparu en manque de rythme, avant de progressivement monter en puissance. Comme son équipe, menée deux fois au score mais qui a finalement obtenu le match nul grâce à son compatriote Geoffrey Kondogbia. Mangala, qui a récolté la note de 6/10 dans le quotidien local Superdeporte, va maintenant avoir l’occasion d’enchaîner, et de saisir sa chance, d’autant plus que Gabriel Paulista, auteur du premier but égalisateur mais touché à une cheville en toute fin de match, a quitté les vestiaires avec des béquilles. La charnière Mangala-Diakhaby, alignée lors des dernières secondes vendredi à Mestalla, devrait donc être revue à plusieurs reprises ces prochaines semaines. A moins que Celades ne réserve d’autres surprises.