Majorque - Le "Messi mexicain", une future star ?

Panoramic

Entré en jeu à la 84e minute mercredi lors de la défaite 2-0 de son équipe de Majorque contre le Real Madrid à Valdebebas, Luka Romero a vécu "un moment inoubliable. Je n'oublierai jamais ce jour", a-t-il expliqué ensuite sur Twitter. Car il est devenu, à 15 ans et 219 jours, le plus jeune joueur de l’histoire du championnat espagnol, battant un record datant de 1939, qui était détenu par Francisco Bao Rodriguez, dit "Sanson", défenseur du Celta Vigo ayant débuté à 15 ans et 255 jours.

Avant d’entrer sur le terrain, il faisait d’ailleurs bien son âge aux côtés de son entraîneur, Vicente Moreno. Qui ne lui a pas mis la pression. "Plutôt que de lui parler de tactique, j'ai essayé de le rassurer. J'ai mis ma main sur son cœur et il battait à 2 000 à l'heure. On parle d'un garçon de 15 ans. Et si on l'a fait jouer, c'est qu'on pense qu'il le méritait et qu'il avait les capacités de le faire. Bravo à lui, il fait partie de l’histoire désormais", a lâché le technicien après la rencontre.

 

Plus proche d'Agüero que de Messi


Et s’il a effectué ses débuts en Liga avec Majorque, cela aurait très bien pu être avec le Barça. Mais ses parents n’avaient pas voulu déménager à Barcelone. C’est d’ailleurs lors de sa rencontre avec l’ancien joueur du Barça Dani Alves sur une plage de Formentera qu’il a été surnommé « Messi » par le Brésilien, après l’avoir impressionné en jouant avec lui dans une vidéo devenue virale. Et s’il est surnommé le « Messi mexicain » car il est né au Mexique, où son père jouait, il possède également les nationalités espagnole et argentine.

Arrivé à 3 ans en Espagne, Luka Romero n’a jamais vécu en Argentine, le pays de ses parents, mais y retourne tous les étés et devait d’ailleurs rejoindre les U17 de Pablo Aimar cet été, avant que la pandémie de coronavirus ne l’en empêche. Et il rêve de porter le maillot de l’Albiceleste. "Il est gaucher, rapide, malin, espiègle, compétitif... C'est le prototype du n°10 argentin", témoigne pour AS l’Argentin Dani Pendin, entraîneur adjoint du club des Baléares. Un numéro 10 dont le style se rapprocherait d’ailleurs plus de celui de Sergio Agüero que de Messi. Mais on imagine qu’il signerait tout de suite pour avoir la même carrière que l’un des ses deux illustres aînés…

 


>