Lionel Messi : « Jouer à huis clos est un défi »

Reuters

Plus que deux semaines d’attente et la Liga sera de retour. Le championnat ibérique va imiter celui de l’Allemagne et tenter d’aller au bout de son exercice 2019/2020 malgré le risque lié au coronavirus. Cela devra se faire bien sûr dans des enceintes vides, sans spectateurs. Une perspective qui n’enchante pas trop les joueurs, mais à laquelle ils vont bien devoir s’adapter. C’est d’ailleurs le sens du discours tenu par Lionel Messi lors d’une campagne commerciale pour l’un de ses sponsors.

 

L’attaquant vedette du FC Barcelone a admis que le contexte ne sera pas idéal, mais il souligne à juste titre la nécessité de faire des sacrifices en vue d’un retour progressif à la vie normale. « Il est question de clore la saison espagnole à huis clos, ce qui implique une série de défis, a-t-il confié. La préparation collective reste la même. Mais c'est vrai qu'individuellement il faut se préparer différemment et il faut se préparer à jouer sans les fans car c'est très rare. J'ai déjà dû le faire dans un match à domicile et c’était très particulier. Mais, c'est normal que, si on revient, ce sera comme ça vu que tout ce que nous vivons. Avec tout ce qui se passe dans le monde, c'est parfaitement compréhensible ».

 

« Ça sera comme tout recommencer »

L’international argentin mesure aussi que le degré motivation ne sera pas le même chez chaque joueur. D’aucun pourraient avoir des craintes à l’idée de reprendre vu que la pandémie n’a pas encore été complètement éradiquée. De fait, il juge que l’aspect mental est tout aussi important que celui qui concerne la condition physique. « Beaucoup disent que la force mentale représente 40, 50 voire 60% de notre sport. Je suppose que cela dépend aussi de chaque athlète en particulier. Mais c’est sûr que c’est très important et que cet aspect est de plus en plus travaillé au quotidien chez tous les athlètes professionnels. Quand nous jouerons à nouveau, ce sera comme tout recommencer (...) Techniquement, ce sera la même saison, mais je pense que toutes les équipes et les joueurs vivront l'expérience différemment ».