Liga (J33) : Accroché par l'Atlético de Madrid, le FC Barcelone voit le titre s'éloigner un peu plus

 

 


Et un nul de plus pour le FC Barcelone ! Le troisième en quatre rencontres. Et celui-ci risque bien de sonner le glas des illusions blaugrana pour le titre de champion. En partageant les honneurs avec l’Atlético ce mardi, au terme d’un match plaisant mais durant lequel l’adversaire a pu parfaitement exploiter ses rares temps forts, l’équipe de Quique Setién se retrouve dans une bien mauvaise posture. Si le Real Madrid l’emporte jeudi contre Getafe, il y aura quatre points d’écart entre les deux ténors de la Liga.

 

 

Le Barça a manqué de maitrise


Les Catalans ont mené deux fois à la marque, mais en temps cumulé cela n’a fait que quinze minutes maximum. Ils ont laissé leurs opposants se relancer rapidement et c’était à chaque fois sur des penalties. Le premier, assez logique suite à une faute d’Arturo Vidal, a été converti par Saul Niguez (22e). Entretemps, c’est Diego Costa qui a exécuté la sentence et buté sur Marc-André Ter Stegen mais l’arbitre a demandé à retirer, au grand dam du gardien allemand. Concernant le deuxième pénalty, il fut un peu moins évident, avec un contact léger entre Nelson Semedo et Yannick Ferreira-Carrasco. Saul s’est de nouveau présenté devant le point blanc dans la surface et a réussi le doublé.

Du côté du Barça, il y a également eu un pénalty tiré et transformé. C’est Lionel Messi qui s’en est chargé, suite à une faute de Felipe sur Semedo. D’une jolie panenka, l’Argentin a marqué le 700e but de son parcours professionnel. La star blaugrana a choisi ce geste technique, en espérant qu’il soit synonyme de victoire pour les siens. En vain. Comme c’est souvent le cas ces derniers matches, ses coéquipiers ne parviennent pas à suivre, se montrant trop fébriles quand l’adversaire se rebiffe.

 

 

Griezmann n’a joué que trois minutes


Le FC Barcelone pourra amèrement regretter ces deux points perdus, surtout que la chance a semblé être de son côté avec un but heureux en sa faveur à la 14e. Diego Costa trompant son propre portier, en contrant le cuir dans la mauvaise direction à la suite d’un corner. Un coup de pouce dont les hommes de Quique Setien n’ont donc pas profité. Messi pourra notamment se mordre les doigts d’avoir buté sur Jan Oblak sur coup franc (42e).

Au vu du scénario du match, Antoine Griezmann, remplaçant au coup d’envoi, aurait pu endosser le costume du héros. Mais, malheureusement pour lui, il a été incorporé trop tardivement pour espérer changer le cours des évènements. Lui, comme ses coéquipiers, continuent leur chemin de croix et il n’est pas sûr du tout qu’ils puissent bientôt s’en sortir. A moins que l’ennemi juré ne faute, le Barça est bien parti pour abandonner sa couronne nationale.