FC Barcelone : Les promesses d’Agüero

Panoramic

Pour la première fois depuis 2004, le Clasico de dimanche s’est donc joué sans Lionel Messi ni Sergio Ramos, partis cet été au PSG. Et désormais, à la fin, c’est le Real qui gagne, puisque le club merengue, vainqueur 2-1 en Catalogne, a signé un quatrième succès consécutif face à son éternel rival barcelonais. Dans un Camp Nou bien garni pour l’occasion avec 86 000 spectateurs, une première depuis de longs mois, le spectacle n’aura pas toujours été extraordinaire, malgré une fin de match à suspense. 

 

Car après l’ouverture du score de David Alaba (32e), les locaux ont bien failli égaliser dans le temps additionnel. Gerard Piqué, auteur du premier but de la saison du Barça en Ligue des champions mercredi contre le Dynamo Kiev, a bien failli s’offrir sa deuxième réalisation de la semaine, mais il n’a pu reprendre le centre de Memphis Depay, qui avait totalement oublié de suivre Alaba sur le premier but. Et après cette occasion manquée, sur laquelle Piqué a réclamé un penalty, Lucas Vazquez a doublé la mise sur une contre-attaque (90e+3), avant que Sergio Agüero ne réduise l’écart, de près, à quelques secondes du coup de sifflet final (90e+7). 

 

Orphelin de Messi

 

Un premier but vain pour l’Argentin de 33 ans, pour sa troisième apparition sous le maillot blaugrana. Après une poignée de minutes face à Valence pour ses débuts, il a eu le droit, pour la deuxième fois consécutive après Kiev, à un gros quart d’heure. Et il en a donc fait bon usage, après être en jeu à la place d’un Ansu Fati moins en vue. Un jeune prodige à qui le numéro 10 laissé par Lionel Messi "va très bien" selon Agüero, qui a expliqué, avant la rencontre face aux Ukrainiens, pourquoi il avait choisi le 19 à son arrivée en Catalogne. "C’est le numéro que j’avais au Mondial U20 et aussi en équipe nationale. Leo avait le 10, et quand Piqué et d’autres gens du club m’en ont ensuite parlé j’avais déjà demandé le 19." 

 

Car l’ancien attaquant de Manchester City, dont il est le meilleur buteur de l’histoire avec 260 réalisations, espérait retrouver son grand ami Messi au Barça. Et il a reconnu le mois dernier, dans une interview à la RAC 1, qu’il avait été "sous le choc" en apprenant le départ du sextuple Ballon d’or. Un départ qui fait que le club blaugrana, désormais neuvième de la Liga, a encore plus besoin des services du "Kun", qui a rappelé, en quelques minutes, quel buteur d’exception il est toujours. Et qu’il peut transformer une demi-occasion. Ce qui risque d’être très utile à son nouveau club, surtout cette saison…  


>