Braithwaite, dur, dur d'être un joker

Reuters

L'arrivée de Martin Braithwaite à Barcelone avait été une énorme surprise. Personne n'attendait le Danois au Camp Nou. Mais pour pallier aux absences d'Ousmane Dembélé et Luis Suarez, les dirigeants catalans n'avaient pas eu d'autres choix que de signer un joker médical. Et ils avaient jeté leur dévolu sur le buteur de Leganes. Un pari osé, mais peu risqué. Il n'y avait pas de grandes attentes placées en lui à son arrivée. Peu de recrues blaugrana ont coûté aussi peu chères que lui et ses 18 millions d'euros. La surprise ne pouvait donc être que bonne. Mais il a quand même été moqué. Et cela avant même d'avoir eu l'occasion de remplir l'énorme vide laissé à la pointe de l'attaque barcelonaise par la blessure de Luis Suarez.

Décalé sur le côté gauche, Braithwaite a été remarqué par la presse espagnole


Ce poste, l'attaquant ne l'aura finalement occupé que pour deux petits matchs. Quique Setien a préféré lui offrir le couloir gauche. Même s'il n'a été titulaire qu'à deux reprises, l'ancien Toulousain a pris l'habitude de briller en sortie de banc. Des performances encourageantes mais frustrantes car incomplètes. Le Scandinave n'a marqué qu'un seul but. Un rendement remarqué par une presse espagnole qui a plusieurs fois salué son professionnalisme. Après son but contre Majorque, le Mundo Deportivo disait de lui qu'il avait été «très actif dans le travail d'équipe sur la gauche, il se sentait à l'aise quand il pouvait monter en position de n°9. C'est là qu'il a marqué le deuxième but, qui a donné de l'air au Barça alors que Majorque avait réagi.» Un moyen de mettre en avant son apport dans un rôle peu évident : joker dans un des plus grands clubs du monde et supersub dans une formation en difficulté.

Dans les mêmes temps de passage que Griezmann

D


Avec un seul but marqué en sept matchs, Martin Braithwaite n'a pas le bilan comptable espéré pour un attaquant du FC Barcelone. Mais le club vit une période tellement troublée qu'il est difficile de lui en vouloir. A sa signature, le joueur de 29 ans rejoignait en pleine saison une formation qui venait de changer d'entraîneur. On a connu contexte plus favorable. Après le passage du Covid-19 qui a provoqué une suspension historique du championnat, le Barça n'avance plus au classement. Et ce n'est pas uniquement de la faute au joker médical. A titre de comparaison, depuis son arrivée en février, il a marqué autant de but qu'Antoine Griezmann : un.

Les deux joueurs se retrouvent en concurrence. Un scénario inespéré pour le joueur formé à Esbjerg. Sur les quatre derniers matchs, il a eu le même temps de jeu que le champion du Monde acheté 120 millions d'euros l'été dernier. Contre Séville, Martin Braithwaite a même été titularisé à la place de Grizou. Des signaux positifs pour un joueur déjà annoncé sur le départ, mais qui souhaite s'installer en Catalogne sur le long terme. Un tel accomplissement serait une surprise encore plus grande que sa signature.


>