Bon courage, monsieur Koeman

Reuters
Ronald Koeman doit réussir là où Quique Setién a complètement craqué. On n'attendait pas beaucoup du technicien espagnol dans le contexte sulfureux du Barça, son successeur néerlandais est en revanche censé beaucoup mieux supporter la pression, lui l'ancien sélectionneur des Pays-Bas et légende des Blaugrana en tant que joueur - membre de l'équipe championne d'Europe en 1992 sous les ordres de Johan Cruyff, c'est lui qui avait marqué le seul but de la finale victorieuse face à la Sampdoria (1-0) d'un coup franc lointain, sa spécialité. Il devient le cinquième entraîneur néerlandais à Barcelone, les quatre précédents faisant partie des cinq plus capés de l'histoire du club (voir plus bas).



"Par rapport à la période où je jouais, le monde du football, c'est toujours plus. La télévision, le marketing... Il y aura toujours des décisions pour et contre le club ou le président, comme cette conférence de presse où j'entends beaucoup de questions mais quelques-unes seulement sur le match." Le match, ce sera la réception de Villarreal, pour le grand retour du FC Barcelone et de Lionel Messi après un été pour le moins mouvementé, marqué par le maintien de force de la star argentine et le départ tout frais de Luis Suarez chez le rival de l'Atlético.

"Suarez ? Dans le film, j'ai le mauvais rôle"


"Il y a beaucoup plus de journalistes à Barcelone que ce que j'ai pu connaître lors de mes précédentes expériences sur le banc, il y a beaucoup plus de responsabilités, poursuit le nouveau boss catalan. Si vous demandez à tous les entraîneurs du Barça, ils vous répondront sûrement qu'ils n'ont jamais connu une journée tranquille. Je savais que j'allais devoir faire face à des pour et des contre, pas de problème, ça fait partie du jeu dans le meilleur club du monde. Même si je veux que ça se calme..." Pour ça, il ne faut pas compter sur Victor Font, candidat à la future présidence (au mois de mars) et qui a déjà déclaré qu'il ne garderait pas Koeman en cas de victoire. "Je ne peux pas accorder de l'énergie à ça", conclut le coach, à qui on souhaite une bonne dose de bravoure.