Judo : Mkheidze s'offre la médaille de bronze, Boukli tombe de haut

Reuters

Désillusion pour Shirine Boukli ! La championne d'Europe 2020 des -48kg avait une belle carte à jouer pour son premier tournoi olympique, à 22 ans, mais elle passée complètement à côté de son combat contre la Serbe Milica Nikolic, pourtant moins bien classée qu'elle dans la hiérarchie mondiale (10eme contre 17eme) et qu'elle avait déjà battue deux fois sur deux. 

Tétanisée par l'enjeu de cette compétition où le travail de quatre ans (cinq, en l’occurrence) est récompensé, ou pas, sur une seule journée, la native du Gard a écopé de trois pénalités en seulement 2'59 (la première pour non-combativité, la deuxième pour prise « pistolet » c’est-à-dire la saison du bout de manche, et la troisième pour avoir tenu le pantalon de son adversaire), ce qui ne lui était jamais arrivé durant sa carrière professionnelle, et elle a donc été disqualifiée. Shirine Boukli n'ira donc pas plus loin dans ce tournoi olympique, et devra patienter trois ans avant Paris 2024, mais dans ce sport à un seul représentant par pays et par catégorie de poids, tout peut aller très vite.

 

Mkheidze a pris sa revanche...

En revanche, le tournoi a bien débuté pour Luka Mkheidze chez les -60kg, qui avait droit à un remake de la dernière finale des championnats d'Europe au deuxième tour après avoir été exempté du premier. Le 20eme mondial a pris sa revanche sur le sixième, l'Espagnol Francisco Garrigos, en le battant au golden score sur un waza-ari après 5'19 de combat. Il affrontait en quarts de finale l'Ukrainien Artem Lesiuk, 25eme mondial, qu'il avait déjà battu deux fois sur trois. Et cela a été une formalité pour le natif de Tbilissi en Géorgie, qui a réussi à mettre ippon son adversaire après seulement 1'50 de combat alors qu'il avait déjà réussi un waza-ari auparavant.

Alors que la délégation masculine française n'espérait pas grand-chose de ces JO, à part Teddy Riner bien sûr, au vu des résultats des dernières compétitions, voilà donc le premier tricolore en lice dans le dernier carré ! Il n’y aura finalement pas de finale pour Luka Mkheidze mais un combat pour la médaille de bronze. Opposé au Taïwanais Yung Wei Yang, qui le devance au classement mondial, le Français est allé au bout de ses forces mais a fini par céder. Pourtant, le combat avait bien démarré avec une attaque qui aurait pu lui valoir un waza-ari mais la vidéo n’a pas convaincu l’arbitre. A partir de là, aucun des deux combattants n’a pris l’ascendant sur l’autre dans le temps réglementaire. Le golden score a démarré par une pénalité pour chacun d’entre-eux. Toutefois, on a rapidement vu que Luka Mkheidze n’avait plus les forces pour se battre. Après une première tentative d’immobilisation, c’est au bout de cinq minutes que Yung Wei Yang est parvenu à ses fins.

 

 

… avant d’aller chercher le bronze !

Après ce revers, Luka Mkheidze a retrouvé Won Jin Kim avec la médaille de bronze comme enjeu. A l’issue de quatre minutes équilibrées, mais avec une pénalité pour le Sud-Coréen pour non-combativité, les deux combattants se sont départagés au golden score. Won Jin Kim a reçu une deuxième pénalité après deux minutes de prolongation. Luka Mkheidze a pris l’avantage dans ce combat mais sans pouvoir concrétiser au tableau d’affichage. Toutefois, à force d’insister dans son tempérament offensif face à un Sud-Coréen plus calculateur mais incapable de trouver la faille, l’arbitre de la rencontre a multiplié les sanctions contre ce dernier. Au bout d’un peu plus de sept minutes d’affrontement, Luka Mkheidze a vu son adversaire être sanctionné pour la troisième fois de ce combat.

Une décision qui offre au judoka français la médaille de bronze et qui lui permet de débloquer le compteur tricolore dans ces Jeux d'été de Tokyo ! « Je suis très, très heureux ! Depuis que je suis tout petit, je rêve de participer aux Jeux et de rapporter une médaille, a confié Luka Mkheidze au micro de France Télévisions après son combat. En 2020, ce n’était pas gagné pour moi, je ne devais pas aller aux Jeux mais ce report m’a laissé une autre chance de me qualifier. Aujourd’hui, je suis là. Je sors de mon combat, je ne réalise pas encore que j’ai pu obtenir cette troisième place. Je tiens à remercier aux supporters. Je les entendais et c’est ça qui a fait que je me relevais à chaque fois. J’allais à l’attaque car je savais qu’ils étaient tous derrière moi et c’est ça qui m’a donné du peps. C’était un combat très dur en demi-finale. A la fin, je n’arrivais même plus à attraper le kimono. Quand je suis sorti, je me suis demande comment j’allais faire pour enchaîner avec le combat pour la troisième place. Tout le staff est venu pour m’encourager et me donner des conseils. Grâce à ça, j’avais envie de me battre et je me suis senti en forme. »

 


>