Championnats du monde : La médaille de bronze échappe à Tolofua



Les deux médailles française aux championnats du monde de judo à Budapest ont été glanées par les filles cette semaine (l’or pour Clarisse Agbegnenou en -63kg et l’argent pour Madeleine Malonga en -78kg). Mais Julia Tolofua n’a pas été en mesure d’en apporter une troisième et dernière dans la catégorie des +78kg, pour laquelle Romane Dicko défendra les couleurs françaises lors des Jeux Olympiques de Tokyo. Une catégorie dans laquelle Léa Fontaine défendait également les couleurs tricolores dans ces Mondiaux. La cousine des rugbymen Selevasio (Toulouse) et Christopher Tolofua (Toulon) a remporté son premier combat de la journée face à la Bosnienne Larisa Ceric, en la mettant ippon après 49 secondes juste après avoir encaissé un waza-ari, puis elle a dominé l’Allemande Jasmin Grabowski en la mettant ippon après 1’57. Mais en quarts de finale contre la Cubaine Idalys Ortiz, championne olympique 2012, c’est Tolofua qui a été mise ippon après 3'32 de combat sur une immobilisation, alors que c’est elle qui avait enclenché l’attaque, avant de se faire contrer.

Fontaine tombe d'entrée


Mais la Française ne s’est pas démobilisée et a remporté son premier combat de repêchage face à la Portoricaine Melissa Mojica, qu’elle a mise ippon en 2’21. Pour la médaille de bronze, Julia Tolofua devait défier la Brésilienne Beatriz Sousa, qu’elle a battue deux fois sur cinq mais qu’elle n’a jamais affrontée dans un grand championnat. L’autre Française en lice dans cette catégorie, Léa Fontaine (20 ans) avait justement été éliminée d’entrée par Souza, victorieuse grâce à un waza-ari. Mais cette médaille, Julia Tolofua n’a pas su s’en saisir. Alors que les deux combattantes ont reçu une pénalité durant ce combat, c’est à 31 secondes du terme du temps réglementaire que la Brésilienne a su immobiliser au sol la Française pour faire la différence sur ippon. Dans la catégorie des +100kg masculins, également au programme de la journée, aucun Français n’était en lice en l’absence de Teddy Riner, qui préfère se concentrer sur l’entraînement. Le titre se jouera entre le Russe Tamerlan Bashaev et le Japonais Kokoro Kageura.

>