Tennis : Djokovic met la pression sur l'organisation !

Panoramic

Le programme des matchs de tennis de ces Jeux Olympiques de Tokyo va-t-il être chamboulé dans les prochains jours et le début des rencontres décalé de quelques heures par rapport au début du tournoi ? Si ce n'est pas le cas, Novak Djokovic ne pourra pas dire qu'il n'a pas tout fait pour. Depuis ses premiers coups de raquette sur les courts de l'Ariake Coliseum, le numéro 1 mondial ne cesse en effet de se plaindre des conditions de jeu. Du coup de gueule, le Serbe est passé lundi à la demande officielle. En marge de sa deuxième sortie, lundi contre l'Allemand Jan-Lennard Struff (6-4, 6-3), le vainqueur des trois premières levées du Grand Chelem de la saison en course pour un historique Golden Slam (les quatre tournois du Grand Chelem remportés dans la même année + la médaille d'or olympique) a fait directement part de son mécontentement auprès des organisateurs. Agacé par les températures chaudes et humides et la moiteur de l'atmosphère au moment où sont lancés les matchs, le "Djoker" a expliqué après son succès contre Struff qu'il avait vu l'organisation en personne pour l'inciter à modifier les horaires des rencontres.

Djokovic : "Ce serait mieux pour tout le monde"


Et, à entendre ses déclarations d'après-match de lundi, le légendaire champion revenu à hauteur de Rafael Nadal et Roger Federer - vingt sacres en Grand Chelem également - après son triomphe du mois dernier à Wimbledon a bon espoir que son message soit entendu et que les organisateurs accèdent à sa requête. "J'ai parlé aux organisateurs et, malgré les difficultés logistiques, ils étudient la possibilité de démarrer les matches plus tard pour la suite du tournoi. Ce serait mieux pour tout le monde", a confié le Serbe, en écho à ses critiques après sa première victoire, contre Dellien. "J'espère que l'ITF a vu et compris ce qu'il s'est passé. Tous les sportifs rêvent d'être aux Jeux pour qu'au final, certains abandonnent au bout de trente minutes. Ce n'est pas l'expérience olympique qu'on veut avoir", avait tonné l'ancien président du conseil des joueurs du circuit. Généralement, lorsque "Djoko" veut quelque chose, il l'obtient. Alors quand, en plus, il fait le forcing...

>