Taekwondo : Niaré met un terme à sa carrière


Clap de fin pour Haby Niaré. Battue en finale pour l'or à Rio en 2016, Niaré rêvait d'aller conquérir le plus beau des métaux, à Tokyo lors des Jeux Olympiques de 2020 reportés en 2021. Non seulement la vice-championne olympique française ne sera pas de la partie au Japon, mais elle ne participera plus à aucune compétition, JO compris. A 27 ans, la taekwondoïste tricolore a en effet décidé d'en rester là. Lundi, la médaillée d'argent de Rio a fait savoir qu'elle avait décidé de mettre un terme à sa carrière, la faute à ce corps qui n'est visiblement plus en état de l'emmener au plus haut niveau, et encore moins de la porter vers les sommets. Dans le communiqué publié lundi par la Fédération française de taekwondo, la Francilienne ne cache d'ailleurs pas que c'est avec un profond regret qu'elle se retrouve forcée aujourd'hui de raccrocher. Et ce alors que de belles et glorieuses années s'offraient peut-être encore à elle.

Neuvième à Manchester lors des dernier Mondiaux





« Après dix années de bons et loyaux services dans le sport de haut niveau, mon envie dévorante de vivre de nouveaux tournois, s'est heurtée de plein fouet à l'usure de mon corps. J'ai dû me résoudre à envisager la fin de ma carrière de compétitrice », déplore Niaré, qui n'aura donc pas l'opportunité de prendre sa revanche des derniers Jeux. « Rio 2016, auréolée de la médaille d'argent olympique n'était qu'un début, je me voyais tellement repartir et tenter la perf' absolue à Tokyo », avoue la championne française, montée sur la plus haute marche lors des Mondiaux de Puebla (Mexique) en 2013 chez les -67 kg mais également sacrée championne d'Europe à Saint-Pétersbourg (Russie) trois ans plus tôt (en -62 kg) et titrée à six reprises lors des Championnats de France, dont cinq fois consécutivement. Faite chevalier de l'ordre national du mérite à la sortie des Jeux de Rio, Niaré n'était plus apparue en compétition depuis les Mondiaux de Manchester. La native de Mantes-la-Jolie avait alors dû se contenter de la 9eme place. Sans savoir alors qu'elle ne foulerait plus jamais les tatamis. Elle gardera en revanche sa bonne humeur légendaire, à l'entendre. « Je ne compte pas m'arrêter de sourire, de rire aux éclats et de partager mes émotions avec tous. »

>