La France termine à la 8eme place au classement des médailles

Reuters

A l'issue des dernières épreuves olympiques de ce dimanche 8 août, l'heure est au bilan. Si certains rêvaient de voir la France battre plus ou moins largement son record de médailles dans des Jeux d'été pour lancer idéalement Paris 2024, le résultat est plus mitigé à l'arrivée. Avec 33 médailles, à savoir 10 en or, 12 en argent et 11 en bronze, la délégation française se classe à la 8eme place du classement des médailles pour Tokyo 2020. Ainsi, les Bleus font donc moins bien que récemment à Rio en 2016 et à Londres en 2012 où ils avaient terminé au 7eme rang, avec respectivement 42 médailles, dont 10 d'or, et 35 breloques, dont 11 titres olympiques. Il faudra donc en retenir quelques leçons pour espérer briller du mieux possible dans trois ans à domicile. D'ailleurs, c'est grâce au dernier succès des handballeuses tricolores que la France dépasse dans la dernière ligne droite l'Allemagne et l'Italie, mais échoue d'un rien (trois médailles de bronze) derrière les Pays-Bas. Avec un tel bilan, on se rapproche plus de celui d'Athènes 2004 (33 médailles, dont 11 en or).


 

Tout faire pour imiter le Japon en 2024


Pour rappel, c'est le judoka Luka Mkheidze (-60kg) qui avait ouvert le compteur en se parant de bronze le 24 juillet dernier. Derrière, Romain Cannone en escrime (épée) avait créé la sensation pour offrir la première médaille d'or de ces Jeux d'été 2020 à la France. Depuis, Clarisse Agbégnénou (jugo, -63kg), Hugo Boucheron et Matthieu Androdias (aviron, 2  de couple), la bande à Teddy Riner (judo par équipes), celle d'Enzo Lefort (escrime, fleuret par équipes), Jean Quiquampoix (pistolet vitesse, 25m), Steven Da Costa (karaté, -67kg) et enfin l'équipe de France masculine de volley et les deux équipes françaises en handball sont montés sur la plus haute marche du podium à Tokyo. Au classement général, comme souvent, les Etats-Unis et la Chine se sont disputés la première place, qui revient en 2020 aux Américains (113 médailles, dont 39 titres). A noter, la belle troisième place du Japon, le pays hôte (58 médailles, 27 en or). Interrogé sur la performance des Bleus, Claude Onesta a été clair sur le sujet, évoquant un bilan mitigé.

 

 


 

 

Onesta dresse un bilan mitigé pour 2020


« Ce que je veux dire, c'est comprendre pourquoi et comment faire mieux. On se rend compte que les changements ne se font pas naturellement. Il faut prendre des décisions, parfois changer certains acteurs. Ce sont des décisions douloureuses, et parfois en détournant le regard, on ne fait pas le boulot. Je n'accepterai pas que le bilan soit édulcoré. Il y a des fédérations qui représentent beaucoup de médailles aux Jeux et qui ne sont pas au rendez-vous des résultats. (...) Parfois, c'est difficile de mobiliser, de bouger les lignes... Parce que les résistances arrivent de manière immédiate. Chacun sait que les disciplines qui échoueront à Paris risquent de payer une note conséquente », a notamment déclaré ce dernier, en sa qualité de directeur de la haute performance, depuis le Club France au Japon, dans des propos recueillis par RMC Sport. Nul doute qu'à maintenant trois ans de l'échéance olympique sur le sol français, les choses pourraient bouger dans les prochains mois pour ainsi être le plus haut possible à Paris.

 


>