JO de Tokyo : Osaka appelle à se faire vacciner, Nishikori ne veut pas d'une décision prise trop tôt

L’organisation des Jeux Olympiques de Tokyo est au cœur d’une bataille de mots. Alors que le vice-président du Comité International Olympique John Coates a récemment confié qu’il n’y avait pas de scenario prévoyant l’annulation de l’événement et que le président de World Athletics Sebastian Coe a appelé au calme, mettant en avant les mesures sanitaires en place lors d’une course pré-olympique à Sapporo, la situation sanitaire au Japon n’est pas idéale. Alors que plusieurs régions du pays, dont Tokyo, ont prolongé l’état d’urgence, Naomi Osaka et Kei Nishikori ont pris la parole en marge du tournoi de tennis de Rome. Face à la presse, la numéro 2 mondiale et récemment victorieuse lors de l’Open d’Australie a confié que l’organisation des JO dans la capitale japonaise, « c'est faire courir des risques aux gens, cela place les gens dans une position très inconfortable » et que « cela devrait vraiment faire l'objet d'une discussion ».

Osaka met en avant la vaccination


Assurant vouloir que « les Jeux aient lieu », Naomi Osaka admet « qu'il y a des choses bien plus importantes en cours » et que « beaucoup de choses imprévues peuvent arriver ». Cette dernière a également mis l’accent sur la vaccination en amont des Jeux Olympiques. Même si elle confirme qu’« on ne peut forcer quiconque à être vacciné », elle appelle à faire « tout ce qui rend le pays-hôte satisfait » en vue de l’événement et cela passe par le vaccin. Appelé à réagir sur le sujet, Kei Nishikori est allé dans le même sens que sa compatriote, mettant en avant la situation « inconfortable » du Japon sur le plan sanitaire. Faisant un parallèle avec l’organisation sous le régime de la bulle sanitaire des tournois de tennis, l’actuel 45eme joueur mondial a pointé du doigt le fait que « ce ne sont pas 100 personnes comme ces tournois, mais 10 000 personnes dans le village, qui disputent des compétitions ».

Nishikori ne veut pas d’une décision hâtive


En ce qui concerne la décision d’organiser ou pas les Jeux Olympiques cet été à Tokyo, Kei Nishikori avance qu’il est urgent… de temporiser avant de prendre une telle décision. Le Japonais assure que « c’est vraiment difficile de se prononcer maintenant », appelant à « suspendre la décision pour le moment et décider avant les Jeux ». Revenant sur le concept de bulle sanitaire, le finaliste de l’US Open en 2014 a confié que « si on ne pense qu’aux athlètes, on peur le faire je pense, si on fait une bulle efficace ». Toutefois, ajoutant que « le coronavirus se répand très facilement », Kei Nishikori déclare que le risque existe toujours et « qu’il faut vraiment discuter de la façon dont on peut jouer en sécurité ». Face à une défiance toujours plus importante des Japonais quant à l’organisation des JO dans leur capitale cet été et alors que la numéro 2 du parti au pouvoir dans le pays appelle à « une décision prudente » et éclairée par des experts, les certitudes restent rares à un peu plus de deux mois de l’événement.

>