JO de Paris : Onesta vise un Top 5 en 2024


Lundi soir, les médaillés olympiques et paralympiques français des Jeux de Tokyo ont été reçus à l’Elysée par Emmanuel Macron. Le Président de la République n’a pas manqué de rappeler que « le bilan n'est pas tout à fait celui que nous attendions » pour les Olympiens. En effet, avec 33 médailles rapportées du Japon, dont 10 en or, et une huitième place au tableau des médailles, le bilan est moins bon qu’à Rio il y a cinq ans, où les Bleus avaient gagné 42 médailles dont 10 en or et s’étaient classés septièmes (le bilan est bien meilleur en revanche pour les Paralympiques, avec 54 médailles contre 28 et une quatorzième place mondiale contre une quinzième à Rio).

L'exemple du Japon


En marge de cette cérémonie, le manager de la haute performance au sein de l’Agence nationale du sport, Claude Onesta, a reconnu que le bilan était décevant. Mais il compte bien tout mettre en œuvre pour que la France passe de la huitième à la cinquième place lors des JO de Paris dans trois ans, comme l’a demandé le Président Macron. « Le Top 5, c'est moi qui ai fixé cet objectif car il faut se donner des challenges. Il faut avoir des ambitions et tout ce qu'on fait aujourd'hui a pour but de transformer le modèle », a expliqué l’ancien sélectionneur de l’équipe de France de handball dans des propos relayés par L’Equipe. « Cinquième, à Tokyo, ce sont les athlètes russes avec 71 médailles dont 20 en or. Si on veut renverser la table, il va falloir faire autre chose. (…) La pression ? Je me suis toujours mis la pression et je n'ai pas l'impression que le président m'en rajoute. » Pour se donner du courage, Claude Onesta peut toujours suivre l’exemple du Japon, passé de la sixième place au classement des médailles en 2016, avec 41 breloques dont 12 en or, à la troisième place en 2021 avec 58 breloques dont 27 en or. Le tout, sans le soutien du public puisque les événements se déroulaient à huis clos, ce qui ne devrait pas, espérons-le, être le cas à Paris en 2024...

>