Jeux Olympiques - Pas de 5/5 pour la France en sports co !

Panoramic

Elles espéraient pousser les portes de l'Olympe, mais les basketteuses françaises en ont été empêchées en demi-finale (87-71), largement battues par le Japon, équipe surprise des Jeux Tokyo, et n'ont désormais plus que le bronze pour se consoler. Les Bleues, qui voulaient renouer avec une finale olympique neuf ans après Londres-2012, devront battre samedi la Serbie, écartée en demi-finale par les États-Unis (79-59). Ce match pour la troisième place sera un remake de la finale de l'Euro, qui s'était conclue par une défaite mi-juin, la cinquième d'affilée à ce stade de l'épreuve continentale. Les Américaines, en quête d'un septième sacre consécutif, partiront favorites contre ces Japonaises, qui réalisent le meilleur parcours de leur histoire et apportent un vent de fraîcheur dans le basket féminin. En phase de groupe, Sue Bird et ses coéquipières l'avaient emporté (86-69).

La désillusion est grande pour les joueuses de Valérie Garnier, qui pensaient avoir fait le plus dur en quarts, en brisant la malédiction face aux meilleures ennemies espagnoles. Mais elles sont tombées de haut face à l'équipe du pays-hôte, surnommée "l'escouade de l'aube", qui a, comme en phase de groupe (74-70), donné le tournis à la défense en faisant montre d'une animation collective infatigable et d'une adresse redoutable. Les Bleues avaient pourtant assuré cette fois qu'elles savaient quoi faire pour ramener sur terre leurs adversaires. Et cela s'est vu dans le premier quart-temps, durant lequel elles n'ont laissé que peu d'espaces, parvenant à trouver assez bien la mire (22-14).

Calvaire


Mais la suite fut un calvaire. Accélérant subitement le rythme, à force de courses folles dans tous les sens, les Japonaises ont créé des brèches de tous les côtés. Et la merveilleuse Rui Machida de réussir le plus grand nombre de passes décisives dans un match olympique (18). Toutes ses coéquipières en ont profité, parmi lesquelles Yuki Miyasawa (17 pts) et la pivot Himawari Hakao, dominatrice à l'intérieur (17 pts). Et pour couronner le tout, l'équipe a fait preuve d'une précision diabolique derrière l'arc (11/22), point fort pourtant bien ciblé par Valérie Garnier. Au tableau d'affichage, la sanction fut de taille (27-12 au 2e quart, 27-16 au 3e), leur retard culminant ensuite à 27 longueurs dans la dernière période, durant laquelle la frustration des Bleues fut perceptible sur le parquet de la Super Arena.

D'autant que leur faillite a aussi été offensive. Hormis Sandrine Gruda (18 pts à 8/11), leur maladresse dans la raquette, malgré des tirs ouverts, a été trop pénalisante pour pouvoir envisager une meilleure tournure des événements dans cette demi-finale. Cette défaite est certainement dure à encaisser, mais elle est incontestable, pour les Françaises. Il leur faudra faire preuve d'une grande force de caractère pour ne pas rentrer bredouille de Tokyo, comme ce fut le cas il y a cinq ans à Rio, où elles avaient perdu,  contre la Serbie, pour la médaille de bronze.


>