Jeux de Paris : Le handball de retour dans la Capitale pour laisser le Stade Pierre-Mauroy au basketball ?

Panoramic
La carte des sites de compétition pour Paris 2024 va encore évoluer. Face aux réserves émises par la FIBA mais également le courroux des internationaux français de premier plan, les tournois olympiques de basketball vont devoir déménager. Si la phase finale reste bel-et-bien prévue à l’Accor Arena de Paris-Bercy, qui sera dans un premier temps mise à contribution pour la gymnastique artistique et le trampoline, la phase préliminaire est désormais sans lieu fixe. En effet, le Comité d’Organisation des Jeux (COJO) et la Fédération Internationale de basketball (FIBA) ont écarté la possibilité que le Hall 6 de la Porte de Versailles accueille les rencontres en raison d’un éclairage inadapté à la pratique de la discipline… mais également face aux critiques émises par de nombreux internationaux français. Les dirigeants de Paris 2024 doivent donc revoir leur copie et plusieurs hypothèses sont sur la table. Alors que plusieurs salles d’Ile-de-France et de Province, dont la future Arena de Lyon, Tremblay, Reims ou encore Orléans ont fait acte de candidature, la solution retenue pourrait être différente.


Le handball de retour à Paris ?


En effet, selon les informations du quotidien régional Le Parisien, c’est un petit jeu de chaises musicales qui pourrait finalement avoir lieu entre le basketball et… le handball. En effet, le sport dont les équipes de France masculine et féminine sont championnes olympiques en titre doit s’installer au Stade Pierre-Mauroy de Lille, qui a déjà accueilli des rencontres lors du Mondial 2017 organisé dans l’Hexagone et peut accueillir plus de 20 000 spectateurs. L’idée émise par le COJO serait de transférer la phase préliminaire des tournois olympiques de basketball dans l’enceinte lilloise et de rapatrier les tournois de handball à Paris pour les installer dans le Hall 6 de la Porte de Versailles, qui propose une configuration plus à-même d’accueillir cette discipline. Pour que cette hypothèse se réalise, il faudra toutefois convaincre la FIBA qui, selon le quotidien, insiste pour que ses épreuves aient lieu à Paris même. La Ville de Paris, partie prenante dans l’organisation des Jeux, devra également donner son aval. Autrement dit, alors que le COJO espérait avoir boucler le dossier d’ici le mois de juillet, la patience pourrait être à nouveau de mise.

>