Handball (F) : Dembélé-Pavlovic revient sur le sacre des Bleues

C'est malheureusement de loin que Siraba Dembélé-Pavlovic a vécu le titre olympique de l'équipe de France de handball à Tokyo. Forfait à cause d'une rupture complète du tendon d'Achille droit, la joueuse du CSM Bucarest n'a cependant pas manqué de soutenir à distance ses coéquipières. « Les Françaises ont pris le match par le bon bout d'entrée, elles ne les ont pas lâchées. Elles ont pris l'ascendant psychologique et physique. Dès le début du match, elles ne leur ont laissé aucune chance. Ça faisait plaisir de les voir bien rentrer dans le match. Plus tu vois les Russes ne pas y arriver, plus tu te dis : ''C'est bon, c'est gagné.'' Personnellement, je n'ai pas tremblé, a notamment confié la capitaine des Bleues. (...) Ça fait plaisir, ce ne sont pas des coéquipières mais des amies. Ça fait plaisir pour cette équipe qui le mérite vraiment. Je sais par quoi on passe pour arriver à l'or olympique. C'est une suite logique. Franchement, respect ! »


« Ça fait un petit pincement au cœur »


« Krumbholz ? Beaucoup de respect. C'est quelqu'un qui a su s'adapter au fur et à mesure des années et, surtout, il a su tirer des leçons de ses erreurs. C'est ce que je vois dans sa manière de manager sur ces JO. Il a tiré des leçons de ce qui a pu se passer, là où il a échoué, il essaie de ne pas reproduire les mêmes choses. En continuant avec ce qui fonctionne. Ce qu'il a fait, c'est juste énorme ! Le mec a remporté toutes les médailles du hand féminin ! (...) Mon absence ? C'est sûr que ça fait un petit pincement au coeur. C'est comme ça. Je n'ai pas envie de ressasser tout ça, j'accepte le truc. Bien sûr que j'aurais voulu être à Tokyo mais je suis contente parce que les filles l'ont fait. C'est comme ça. C'est que ça devait se passer comme ça. (...) Paris 2024 ? Je ne pense pas. Il faut savoir laisser sa place. Là, je pense qu'on a une génération qui s'étoffe », a par la suite expliqué Dembélé-Pavlovic, lors d'une interview à L'Equipe.

>