Football (F) : Les États-Unis, l'Australie, le Canada et la Suède qualifiés pour les demi-finales

Les demi-finales du tournoi olympique de football féminin sont désormais connues. Avant cela, les quarts de finale ont tenu toutes leurs promesses, à commencer par le premier match du jour entre le Canada et le Brésil (0-0, tab 4-3), qui ressemblait au remake du match pour la médaille de bronze de Rio en 2016. Malgré un sentiment de revanche après avoir échoué chez elles lors de la dernière olympiade, les Brésiliennes n'ont pu faire mieux dans cette rencontre arbitrée par la Française Stéphanie Frappart.

Après un score nul et vierge durant le temps réglementaire, puis durant la prolongation, les Nord-américaines l'ont emporté, alors que Christine Sinclair a manqué la première tentative des siennes. Mais, derrière, Andressa et Rafaelle ont loupé les deux dernières tentatives brésiliennes et ont ainsi offert la qualification au Canada. Un bonne nouvelle pour trois joueuses de D1 Arkema, à savoir Kadeisha Buchanan (Lyon), Vanessa Gilles (Bordeaux) et Ashley Lawrence (PSG).

Kerr conclut un scénario renversant


Le deuxième quart de finale fut lui beaucoup plus spectaculaire, avec une surprenante équipe australienne, victorieuse (4-3, ap) face aux Britanniques. Menant 1-0 à la mi-temps grâce à un but d'Alanna Kennedy (35eme), les Matildas se sont vite fait remonter au retour des vestiaires avec un doublé de l'attaquante anglaise Ellen White, qui a inscrit ses 4eme et 5eme buts de la compétition (57eme, 66eme). Mais l'Australie a pu compter sur sa superstar Samantha Kerr pour égaliser en toute fin de match (89eme) et amener les deux équipes en prolongation.

Dans celle-ci, ces dernières ont assommé la Grande-Bretagne en l'espace de trois minutes, avec un but de la Montpelliéraine de 18 ans, Mary Fowler (103eme), puis le doublé de la buteuse de Chelsea Kerr (106eme) sur une tête fatale qui aura tapé la transversale avant de mourir dans les filets d'Ellie Roebuck. Si White, l'attaquante de Manchester City, a ensuite marqué une troisième réalisation (115e), ce fut une réaction trop tardive pour revenir au score.


La Suède dernière représentante européenne


Au prochain tour, les Matildas affronteront la Suède en demi-finale. Les Scandinaves se sont imposées face au Japon qui évoluait pourtant à domicile (3-1). Les Suédoises ont rapidement ouvert le score par l’intermédiaire de Magdalena Eriksson (7eme), avant de se faire égaliser par l'intervalle de Mina Tanaka (23eme). Au retour des vestiaires, elles ont fait la différence grâce à Stina Blackstenius (53eme), l'ancienne attaquante de Montpellier pendant trois saisons, puis ont mis fin au suspense dans ce match grâce à ce penalty inscrit par Kosovare Asllani (68eme).


Les États-Unis peuvent remercier Naeher


Enfin, dans le remake de la finale de la Coupe du monde féminine 2019, le choc entre les États-Unis et les Pays-Bas, ce sont les Américaines qui verront le dernier carré (2-2, 4-2 tab). Pourtant ce sont les Néerlandaises qui ont ouvert le score dès le début du match grâce à l'inévitable Viviane Miedema (18eme). Ce but a rapidement fait réagir les championnes du monde, qui ont répliqué en inscrivant deux buts en l'espace de trois minutes grâce à Sam Mewis (28eme) puis Lynn Williams (31eme). Pas découragées les "Oranjes" ont égalisé encore une fois grâce à Miedema (54eme), son 10eme but dans la compétition en l'espace de quatre rencontres.

Dominatrices en fin de période, les Bataves ont obtenu un penalty à la 81eme, suite à une faute de Kelley O'Hara sur Lineth Beerensteyn dans la surface de réparation, mais la gardienne Alyssa Naeher a arrêté la tentative de Lieke Martens. Suite à ce match nul à l'issue du temps réglementaire, puis de la prolongation, la décision finale s'est conclue aux tirs au but. Encore une fois, Naeher a sorti le grand jeu pour qualifier son équipe pour les demi-finales du tournoi olympique.

>