Cyclisme : Pogacar - Roglic, le problème de riches de la Slovénie


Souvent habitués à se tirer la bourre pour tenter de remporter des étapes ou un Grand Tour, Primoz Roglic et Tadej Pogacar vont devoir faire preuve cette fois d'esprit d'équipe s'ils veulent tenter d'offrir une médaille d'or à leur pays la Slovénie. Alors qu'au Tour de France 2020, le Slovène le plus attendu du peloton était Primoz Roglic, c'est bien son cadet le jeune Tadej Pogačar alors maillot blanc qui s'était imposé au terme d'un contre-la-montre mémorable lors de l'avant-dernière étape de cette avant-dernière édition qui avait vu les deux compatriotes et rivaux monter sur le podium. Cette saison, le coureur de la Jumbo-Visma était bien décidé à prendre sa revanche, mais une chute au début du Tour et une douleur trop forte ensuite l'ont obligé à abandonner pour se consacrer à son deuxième objectif de la saison, les Jeux Olympiques. Sur un parcours taillé pour les deux coureurs, leur volonté de ramener une médaille sera similaire et un doublé ne leur est pas interdit si la situation le permet. Mais avant de penser à jouer leur carte solitaire, Pogacar et Roglic,  coéquipiers le temps d'une compétition, vont probablement devoir collaborer et trouver également la bonne carburation aux côtés de leurs deux autres compagnons de route, qui sont Jan Tratnik et Jan Polanc. Sur un parcours long de 234 kilomètres établi le long du Mont Fuji avec pas moins de cinq ascensions dont l'avant dernière côte située à 30 kilomètres de l'arrivée et longue de 6,5 kilomètres avec un pourcentage de 10% de moyenne et à 20% au plus fort de la montée, qui ne laissera aucun répit aux organismes, les attaques devraient à coup sûr se multiplier.


Quel état de forme pour le duo ?


Du côté du sélectionneur slovène, la gestion de ces deux grands favoris ne posera aucun problème, car si Andrej Hauptman directeur sportif de l'équipe UAE, s'occupe de Tadej Pogačar toute l'année, il connaît également Roglic par coeur et s'est noué d'amitié avec lui. Reste maintenant à savoir si l'un des deux travaillera pour l'autre ou si chacun tentera sa chance personnelle pour tenter de décrocher la médaille d'or et de faire de nouveau résonner l'hymne slovène, dans le ciel de Tokyo.Les deux hommes abordent le rendez-vous dans un état de forme différent, puisque Pogacar vient tout juste de terminer ce deuxième Tour de France, qu'il a remporté, comme le premier, tandis que Roglic se remet tout doucement de sa visite dans le fossé du début de tour. Toutefois, à en croire son directeur sportif chez Jumbo-Visma Grischa Niermann, l'ancien champion de saut à skis est prêt pour cette course en ligne. Mais pas seulement. Le coureur qui aurait remporté l'année dernière son premier Tour de France si son jeune compatriote n'était pas venu jouer les trouble-fête en dernière minute participera en effet aussi au contre-la-montre sur route, mercredi prochain. Pogacar, lui, ne sera pas là.

>