Cyclisme (H) : Les Bleus en outsiders selon Thomas Voeckler

Thomas Voeckler ne l’a jamais caché, il a dû s’adapter pour effectuer sa sélection pour les Jeux d'été. Alors que Julian Alaphilippe et Romain Bardet ont renoncé à faire le déplacement mais également face au retour tardif à la compétition de Thibaut Pinot, le sélectionneur de l’équipe de France a dû revoir ses plans. Rémi Cavagna, Benoît Cosnefroy, Kenny Elissonde, David Gaudu et Guillaume Martin seront ainsi présent au Parc Musashinonomori de Tokyo pour le départ d’une course longue de 234 kilomètres qui mènera le peloton sur les pentes du Mont Fuji. Toutefois, avant de se préparer à l’événement, les coureurs sortant du Tour de France ont dû composer avec le décalage horaire. « Pour la première journée, c'est plutôt conforme à ce qu'on attendait, a confié Thomas Voeckler dans un entretien accordé à France Télévisions. La logistique qu'on a mis en place a porté ses fruits en tout cas au moment où l'on parle. Par rapport aux contraintes du Tour et du voyage, on est dans les meilleures dispositions. » Alors que les coureurs ont droit à une préparation personnalisée, le sélectionneur national n’a pas encore échangé avec eux sur la stratégie qui sera mise en place et sur le leader de l’équipe. « Dans ma tête je le sais. Par contre, je ne leur en ai pas encore parlé, a confirmé l’ancien porteur du maillot jaune. Eux-mêmes ne le savent pas. C'est volontaire, je veux qu'ils débranchent un petit peu du Tour de France mentalement avant d'être conditionnés. »


Voeckler : « Nous ne sommes pas favoris »


Alors qu’une stratégie parfaitement mise en musique a envoyé Julian Alaphilippe vers le titre mondial à Imola en septembre dernier, Thomas Voeckler est conscient qu’il sera compliqué de faire de même à Tokyo. « Je ne veux pas trahir de secret, mais nous ne sommes pas favoris, admet le sélectionneur national. Ce n'est pas faire offense à mon groupe, c'est la vérité. La stratégie ne sera évidemment pas la même qu'à Imola. » L’ancien champion de France voit son collectif « dans un rôle d’outsider », notamment face à des équipes comme la Belgique, la Slovénie et l’Italie, qui pourront compter sur des coureurs comme Remco Evenepoel, Greg Van Avermaet, Tadej Pogacar, Primoz Roglic, Vincenzo Nibali ou encore Damiano Caruso sur un parcours très exigeant. Toutefois, Thomas Voeckler assure qu’il ne faudra pas s’attendre à une course sous contrôle, chaque nation ne pouvant engager au maximum que cinq coureurs dans un peloton qui en contiendra 130. « On ne peut pas comparer la course des championnats du monde avec celle des Jeux d'été », ajoute Thomas Voeckler qui se montre plus ambitieux pour le contre-la-montre prévu le 28 juillet avec Rémi Cavagna. « On a la chance d'avoir un coureur qui est au-dessus du lot dans cette discipline en France, assure le sélectionneur. Ça aurait été injuste de ne pas lui donner sa chance vu sa constance au plus haut niveau depuis l'an dernier. » Toutefois, le patron des Bleus se montre mesuré : « Je suis convaincu qu'on tient quelqu'un qui est médaillable mais qui peut très bien finir 8eme ou 15eme ». La réponse viendra sur le tracé installé autour du Fuji International Speedway.

>