Bleuets - Gignac : "On est à notre place"

Panoramic


L'aventure de l'équipe de France olympique de football s'est arrêtée brutalement, avec un défaite nette face au Japon, ce mercredi (0-4). Troisième du groupe A avec un seul succès en 3 matchs mais surtout 11 but encaissés, la sélection tricolore ne verra pas les quarts de finale. Capitaine et meilleur buteur des Bleuets lors du tournoi avec 4 buts, André-Pierre Gignac, à 35 ans, voulait aller loin avec ce groupe mais n'a pu que constater l'évidence : la sélection de Sylvain Ripoll n'a pas su se montrer à la hauteur. "C'était compliqué de A à Z, il faut dire ce qui est. On a essayé, on a tout donné, mais les équipes sont prêtes, collectivement, et physiquement. Quand tu prends onze buts, ce n'est pas facile, et on a vu que prendre au sérieux les Jeux, c'est important. Ça fait mal, car ce groupe a envie et donne beaucoup de choses, et au final il n'y a rien pour nous car les autres sont meilleurs", a-t-il notamment confié après la rencontre, dans des propos rapportés par L'Equipe.

"Quand la marche est trop haute, elle est trop haute"


Ne voulant pas chercher d'excuses avec en tête l'épisode des clubs qui n'ont pas lâché des joueurs pour le tournoi olympique, l'attaquant a émis une note d'espoir pour les prochaines années. "J'espère qu'en 2024, comme c'est à la maison, ils vont faire l'équipe qu'il faut pour aller le plus loin possible. Bâcler des Jeux comme ça et mettre en difficulté ton pays, ce n'est pas terrible", a clamé Gignac, avant de confier sa fierté d'avoir pris part à cet événement : "Je suis fier d'avoir fait cette aventure avec ces garçons, on a vraiment tout donné, mais la marche était trop haute pour nous. Il y aura toujours une déception car quand on est compétiteur, on a envie de tout casser et d'au moins rivaliser. Sur le premier match (contre le Mexique, 1-4) et le dernier, ça n'a pas été le cas. On est à notre place."


Sondé sur sa possible présence lors des Jeux Olympiques 2024 à Paris, il a répondu avec nuance. "Je vais jouer jusqu'à 40 ans mais je vois Antoine (Griezmann) qui est derrière l'équipe de France sur Twitter, qui se positionne, Kylian (Mbappé) a dit qu'il voulait les faire et on verra bien qui est le troisième... Voilà, c'était une belle aventure, mais quand la marche est trop haute, elle est trop haute." Sur un plan plus général, Gignac n'a pas voulu adresser un message aux instances mais a tout de même affiché son opinion : "Je n'ai même pas de message car pour 2024, ils auront l'équipe et les joueurs qu'il faut, car ils seront libérés puisqu'on est en France. Quand on voit ici six joueurs de l'équipe d'Espagne, qui est allée en demi-finale du Championnat d'Europe, on voit les patriotes et ceux qui... Ce n'est pas terrible... Depuis le début, je suis avec ce groupe, je n'échangerais contre rien au monde ce qu'on a vécu ensemble mais on va dire qu'ils nous ont mis un peu des bâtons dans les roues. Mais les plus hautes instances vont leur taper sur les doigts, et il n'y aura plus de bâtons dans les roues en 2024."

>