Basket (F) : Les Bleues douchées par le Japon !

Reuters

Trop inconstante et dominée dans l'agressivité, l'équipe de France de basket, finaliste du dernier Euro, a bien mal commencé le tournoi olympique aux Jeux de Tokyo, battue par une accrocheuse équipe du Japon (74-70), mardi à la Super Arena de Saitama. Ce revers est malvenu pour les Bleues, prétendantes à un podium et placées dans un groupe B relevé au premier tour, avec pour autres adversaires, dès vendredi, les Nigérianes qui ont été battues (81-72) par les grandes favorites Américaines, en quête d'une septième médaille d'or consécutive. À l'immense frustration de la médaille d'argent à l'Euro-2021, résultant d'une défaite en finale face à la Serbie, s'ajoute à peine un mois plus tard une grosse désillusion pour les Françaises, qui n'ont manifestement pas bien tourné la page.

Elles avaient en face d'elles, à un horaire matinal (10h00 locales) jamais simple à appréhender, des Japonaises au jeu rapide et précis qu'elles ont peu l'habitude d'affronter et qui ne leur réussissent décidément pas, puisqu'à Rio en 2016, les Bleues, alors déjà qualifiées pour les quarts de finale, s'étaient inclinées (79-71) en phase de groupe. Ce nouveau revers a autrement plus de conséquences, alors que le format est bien différent, avec trois groupes de quatre équipes, qualifiant les deux premières de chaque et les deux meilleures troisièmes. Un objectif atteignable, à condition de l'emporter contre le Nigeria.

Pour cela, elles devront faire preuve de plus d'agressivité des deux côtés du parquet, ce qui leur a cruellement manqué face au Japon, 10e nation au classement féminin de la Fédération internationale, dont le meilleur résultat aux JO est une cinquième place en 1976 à Montréal. "Le match a été difficile. On a eu des hauts et des bas individuellement et collectivement. On a fait trop de fautes en défense", a analysé la coach Valérie Garnier, déplorant les 23 lancers francs offerts (17 transformés). "Il y a des fautes qu'on pouvait commettre plus tôt."

"On s'est fait trouer"

"Notre manque d'agressivité a joué un grand rôle en attaque et surtout en défense. On est connues pour bien défendre. Là, 74 points pris, c'est beaucoup trop. On s'est fait trouer à bien des reprises, ça nous coûte la victoire", a pesté Sandrine Gruda, la seule à surnager du côté des Bleues (18 pts, 9 rbds) malgré un avantage de taille à l'intérieur trop rarement mis à profit Illustration des propos de la pivot, l'action décisive à trois points réussie par la capitaine Maki Takada (10 pts), en obtenant la faute après un panier en pénétration, pour reprendre l'avantage (69-68) à 1 min 15 sec du terme. Trop souvent, les Japonaises sont parvenues à désorienter la défense française pour s'offrir des boulevards vers le panier.

Quarante cinq secondes plus tard, c'est un shoot à trois points réussi par Moeko Nagaoka (11 pts) qui s'est avéré fatal, illustrant une bonne adresse globale nippone à longue distance (11/27). Ses six points ont effacé le bon sprint final des Bleues, qui avaient pris l'eau au début du troisième quart-temps, avec un terrible 13-2 encaissé, avant que Sandrine Gruda ne les maintienne en vie avec huit points inscrits pour recoller à trois longueurs (52-49), bien aidée par Gabby Williams, qui a réussi un match plein (9 pts, 5 rbds, 4 interceptions, 2 contres).

Médaillée d'argent à Londres-2012, quatrième à Rio en 2016, la France va devoir montrer un tout autre visage face au Nigérianes vendredi. "Être énervée et déçue fait partie du processus. Tu t'en sers pour passer à autre chose. On sait les matches qui nous attendent, il faudra être prêtes", a prévenu Gruda.

 


>