Athlétisme : Warholm écrit l'histoire, Mihambo a répondu présent, Habz assure sur le 1500m tout comme Raffin au triple saut et Brossier sur 400m

Reuters

Cette première partie de journée sur la piste du Stade National de Tokyo a été témoin d’un véritable exploit. Tant Karsten Warholm que Rai Benjamin sont descendus sous le record du monde établi en juillet dernier par le Norvégien à Oslo. Le duel a été intense mais Karsten Warholm a bien mieux finir pour être le premier à descendre sous les 46 secondes sur la distance du 400m haies. Le chronomètre s’est arrêté à 45’’94, avec le record du monde descendu de 76 centièmes de seconde. Rai Benjamin, en 46’’17, prend la médaille d’argent avec un nouveau record d’Amérique du Nord quand Alison dos Santos bat le record d’Amérique du Sud en 46’’72 pour remporter la médaille d’argent. Au total, six records nationaux ont été battus dans cette finale stratosphérique, sans doute grâce aux nouvelles technologies de chaussures introduites récemment. Quelques minutes auparavant, Malaika Mihambo a confirmé le titre de championne du monde remporté à Doha en 2019. Au dernier essai et pour trois centimètres avec sa meilleure performance de la saison (7,00m), l’Allemande remporte le titre olympique de la longueur devant Brittney Reese et Ese Brume (6,97m). L’Américaine prend l’avantage sur la Nigériane au bénéfice d’une meilleure deuxième marque.


Habz n’a pas manqué le rendez-vous

Les séries du 1500m n’ont pas totalement souri aux Tricolores avec le seul Azzedine Habz qui a pu assurer une place dans les six premiers de sa course et, ainsi, une qualification directe pour les demi-finales. A l’issue d’une course tactique marquée par la chute du médaillé de bronze des derniers Mondiaux Marcin Lewandowski, le Tricolore a assuré la qualification avec la quatrième place en 3’41’’24, dans la foulée du Kenyan Abel Kipsang (3’40’’68) et du tenant du titre, l’Américain Matthew Centrowitz (3’41’’12). « C’était une super course, j’ai bien géré et couru intelligemment. Place maintenant à la récupération puis aux demi-finales. On y va étape par étape, a confié Azzedine Habz au micro de France Télévisions. Je n’ai pas vu la chute car j’étais vraiment concentré sur ma course. Je ne l’ai pas vu mais j’ai entendu puis je vois Marcin Lewandowski finir en marchant. J’ai compris qu’il était tombé. »

 


 

Mischler plus rapide mais pas assez bien placé

Ironie de ces séries, le représentant tricolore le plus rapide a été Baptiste Mischler… mais ce dernier n’a pas pu se glisser dans les six premiers de sa course. Dans une série durant laquelle l’allure a progressivement augmenté et qui a vu le champion olympique du 3000m steeple Soufiane El Bakkali jeter l’éponge, le Français n’a pris que la 11eme position en 3’37’’53 d’une course remportée par le Britannique Jake Heyward (3’36’’14). S’il réalise le meilleur temps des trois Français engagés sur la distance, son chrono est insuffisant pour prétendre à une qualification au temps. « J’étais bien mais ce sont les Jeux Olympiques, il y a de très gros finisseurs de partout. Il m‘a manqué un peu de fraîcheur sur la fin, a confié Baptiste Mischler au micro de France Télévisions. J’ai essayé de me placer au début mais c’était un tempo vraiment bizarre, ça n’a fait qu’accélérer progressivement. C’était très usant, surtout le matin. Je pensais être réveillé, je me suis préparé en amont pour être réveillé le matin. Des allures en 3’37’’ en progressif, c’est vraiment très dur. Au moins, j’aurai essayé. » Engagé dès la première série du 1500m, Alexis Miellet ne verra pas les demi-finales, tout comme Azzedine Habz. S’il a pu tenir dans le peloton jusqu’à l’entame du dernier tour, le Tricolore a subi le tempo imposé par le Belge Ismaël Debjani, vainqueur en 3’36’’00 devant le champion du monde en titre, le Kenyan Timothy Cheruiyot. Seulement 14eme en 3’41’’23, Alexis Miellet s’arrête ainsi dès le premier tour. « Ce n’est pas du tout la course que j’aurai souhaité. Dès le début de la course, ce n’était pas évident, a confié le Tricolore au micro de France Télévisions. Je n’avais pas de bonnes sensations, ça allait pourtant à l’échauffement. Dans des courses comme celle-là, on ne peut pas se permettre d’être un peu moins bien. Il n’y a pas d’excuses, j’ai été moins bon que les autres. C’est dommage que ça arrive sur cette course-là. »

 

 

Raffin verra la finale du triple saut, pas Compaoré et Pontvianne

Un qualifié sur trois engagés, c’est également le résultat des Bleus dans le cadre des qualifications du triple saut masculin. Avec une limite de qualification placée à 17,05m et atteinte pas uniquement cinq athlètes dont le Portugais Pedro Pichardo (17,71m), auteur de la meilleure performance mondiale de l’année, il fallait aller loin pour s’assurer une place en finale. Seul Melvin Raffin, avec une marque à 16,83m à son deuxième essai, soit la même que le numéro 2 mondial Hugues-Fabrice Zango, représentera la France à l’occasion de la finale. « Ces qualifications étaient assez compliquées, a confié le Tricolore au micro de France Télévisions à l’issue du concours. J’ai l’impression que la piste était différente. Il pleuvait un peu, ça nous a perturbé mais c’est la loi du sport. » Dixième du groupe B avec 16,59m au premier essai, Benjamin Compaoré ne sera pas au rendez-vous, ne réalisant que la 19eme meilleure performance au cumul des deux groupes de qualification. Jean-Marc Pontvianne, quant à lui, a vécu un concours absolument cauchemardesque. Le triple champion de France en salle a tout simplement mordu ses trois essais et n’a ainsi pas pu défendre ses chances lors de ces qualifications.

 

 

Brossier qualifiée avec la manière sur 400m

Amandine Brossier n’a pas manqué le rendez-vous des séries du 400m. Dans une course à l’affiche loin d’être relevée, la Tricolore s’est rapprochée à quatre dixièmes de seconde de son record personnel, établi en juin dernier à Genève. Si la Jamaïcaine Candice McLeod a été intouchable pour l’emporter en 51’’09, la Choletaise ne s’est jamais désunie dans la dernière ligne droite et prend la deuxième place de la course en 51’’65. Un résultat qui lui permet de valider directement sa place parmi les 24 qualifiées pour les demi-finales prévues ce jeudi en soirée. « Ça me fait vraiment plaisir d’être ici. J’ai pris beaucoup de plaisir sur cette course, je me sentais bien, a confié Amandine Brossier peu après sa course au micro de France Télévisions. J’ai vraiment essayé de suivre le wagon de la Jamaïcaine, je savais qu’elle allait aller vite. Je suis plutôt chanceuse car j’avais une série plutôt à ma portée. Il va falloir accélérer en demi-finale pour espérer passer. »


>