Ligue Européenne (F) : Qualification pour la phase de groupes confirmée pour Nantes, Fleury et Paris 92

Il y aura bien trois clubs français engagés dans la phase de groupes de la Ligue Européenne. Nantes, Fleury et Paris 92 ont validé leurs billets pour la suite de la compétition, dont le début est prévu au début du mois de janvier, à l’issue de la trêve internationale pour l’Euro 2020 au Danemark. Toutefois, pour les Nantaises, ça n’a pas été évident sur le parquet des Roumaines de Buzau. Victorieuses de sept buts au match aller, les joueuses de Guillaume Saurina ont cru que le ciel allait tomber sur leur tête. Menées de trois buts à la mi-temps, les coéquipières de Bruna Almeida de Paula (7 buts sur 12 tirs) ont vu l’écart au cumul des deux matchs se réduire dangereusement durant la deuxième période. En effet, Andjela Janjusevic (9 buts sur 14 tirs) et ses coéquipières ont compté six buts d’avance à quatre minutes de la fin du match. Heureusement, Déborah Kpodar (4 buts sur 6 tirs) a assuré sur un jet de sept mètres à 50 secondes du terme pour réduire la pression. Nantes s’incline de six buts (27-21) mais se qualifiée pour une seule longueur.

Fleury a assuré à Höörs, Paris 92 confirme face à Nykobing


Avec seulement trois buts d’avance à l’issue du match aller, les joueuses de Fleury se devaient d’être prudentes à l’occasion de leur déplacement en Suède pour y affronter Höörs. Mais les coéquipières d’Alexandra Lacrabère (10 buts sur 14 tirs) ont pris cette rencontre par le bon bout, menant de trois buts au quart d’heure de jeu. Toutefois, les Suédoises n’ont pas abandonné tout espoir et ont très rapidement recollé pour finalement n’être menées que d’une longueur à la mi-temps. Les coéquipières d’Amelia Lundbäck ont essayé de tenir le rythme imposé par les joueuses du Loiret mais l’écart n’a cessé de se creuser petit à petit. C’est avec quatre buts d’avance que Fleury s’est imposé (24-28) pour valider sa qualification. Dernier club tricolore engagé ce dimanche, Paris 92 n’a pas manqué son déplacement à Nykobing. Nanties d’une avance de douze longueurs après le match aller, les Parisiennes ont démarré fort avec cinq longueurs d’avance après 16 minutes de jeu, notamment grâce à Laura Flippes (3 buts sur 4 tirs). Un écart qui n’a pas bougé à la mi-temps. Avec six buts d’avance à treize minutes de la fin du match, les joueuses de Yacine Messaoudi ont baissé de pied et les coéquipières d’Emilie Bodholdt Steffensen (5 buts sur 8 tirs) ont pu revenir mais s’inclinent pour la deuxième fois, de deux longueurs (26-28), laissant Paris 92 rallier la phase de groupes.