Mondial 2021 (H) : Les réactions tricolores après la victoire contre la Suisse

Vincent Gérard (gardien de l’équipe de France, au micro de beIN Sports)

« On ne prend pas énormément de buts. Ce qui est difficile, avec ce type de match, c’est qu’on n’a pas su maîtriser le rythme. A part à la fin, où les bras se sont levés un petit peu plus vite de la part des arbitres, on a eu des attaques qui ont été longues et, du coup, c’était très frustrant. En première mi-temps, on rate quelques situations à six mètres qui auraient dû nous permettre d’être plus loin et d’être devant à la mi-temps avec un peu plus de tranquillité. En fin de compte, on s’est embarqué dans un match un peu bourbier. Je pense qu’il faut toujours retenir le positif et le positif ce soir (lundi), c’est qu’on s’est battu. C’est qu’on s’est retrouvé à quatre contre six à deux ou trois minutes de la fin et qu’on s’est imposé. On a su faire face. C’est vrai qu’Andy Schmid a maîtrisé le rythme du match. Cette attaque à sept, c’est un peu compliqué mais nul doute qu’on peut se baser sur notre abnégation ce soir. Je suis content de jouer au handball. On a la chance dans ces temps un peu difficiles de pouvoir continuer à pratiquer notre métier. Le public nous manque et les fans nous manquent parce que ça n’a pas forcément la même saveur. D’un point de vue personnel, je sais qu’une compétition, c’est très long. J’espère que ce n’est pas trop grave pour Wesley Pardin parce qu’il avait débuté de la meilleure des manières, on verra ça. Je pense que la défense a montré des vrais signaux encourageants et qu’on monte en puissance. »

Michaël Guigou (ailier gauche et capitaine de l’équipe de France, au micro de beIN Sports)

« C’était compliqué mais, malheureusement, pas surprenant. Les Suisses ont posé beaucoup de problèmes à la Norvège mais sur une seule mi-temps. Nous, on a vraiment eu du mal à trouver des solutions, à poser notre jeu. Peut-être qu’il y a eu un tout petit peu de relâchement après la victoire contre la Norvège. C’est un rythme qui est très particulier. On a une heure de bus pour venir à la salle, on joue sans public, les journées sont longues. Hier (dimanche), on a fait deux fois une heure de bus pour venir s’entraîner. C’est particulier, il faut qu’on reste concentrés au maximum dans ces conditions. Ce soir (lundi), on a eu une belle piqure de rappel et je suis très content qu’on s’en soit sorti malgré tout. »

Guillaume Gille (entraîneur de l’équipe de France, au micro de beIN Sports)

« De manière générale, je crois qu’on n’a pas su trouver les bons ingrédients pour démarrer ce match. On a laissé les Suisses s’installer dans la partie, installer aussi leur tempo et leur rythme d’attaque très, très lent avec de très longues attaques bien aidées aussi par le corps arbitral qui, en plus de la bonne utilisation du jeu à sept contre six des Suisses, leur permettait de faire durer encore et encore les attaques. On a su rester patients dans cette phase-là, on a su trouver un peu de qualité au bon moment mais ça ne me fait pas oublier les problèmes qu’on a eu dans ce match, le manque d’efficacité et le manque de rythme. On a eu véritablement du mal en attaque, sur grands espaces, à faire des bons choix, à traverser le gardien ou à utiliser les situations qui étaient favorables. Une bonne piqure de rappel. On savait que ce match serait difficile, il l’a été. Ce qui est important, c’est d’avoir su le gagner dans ces conditions-là. Ce n’était pas chose simple et c’est à mettre au crédit des joueurs et de leur état d’esprit. C’est aussi ce sur quoi on doit s’appuyer pour entrer dans le Tour Principal. Ce que je retiens aussi et c’est le gros bémol de cette partie, c’est quand même la sortie sur blessure de Wesley Pardin avec qui, je l’espère, on aura de bonnes nouvelles très bientôt suite aux examens. Je pense que sa blessure est sérieuse et c’est à lui que je pense avant de penser à l’Algérie. »

>