Handball - Mondial : Les Bleus veulent bronzer pour se redorer

Obtenir la médaille de bronze mondiale, c'est un exercice qui réussit généralement à l'équipe de France : en cinq rencontres de ce type pour la troisième place, les Bleus se sont imposés quatre fois, en 1997, 2003, 2005 et lors du dernier Mondial en 2019 (26-25 face à l'Allemagne), pour une seule défaite en 2007. D'autres signes sont également rassurants, plus ou moins farfelus. Ainsi le podium de 2003 avait déjà été glané face à l'Espagne (27-22), celui de 2005 sur le sol africain (26-25 en Tunisie, contre le pays hôte)... La réalité du moment, c'est la possibilité de rendre définitivement agréable ce parcours égyptien inattendu, qui finit même par donner des regrets. Et bien sûr, la qualification directe pour le prochain Mondial, promise aux trois premiers.

"Il y a simplement à trouver l’énergie pour que cette ultime rencontre nous permette de libérer la frustration, valider notre beau parcours et terminer par une note positive", confirme Guillaume Gille, dans la foulée de ce qu'avait aussi déclaré le capitaine Michaël Guigou à ses troupes, immédiatement après la défaite. Le sélectionneur conclut : "Nous allons avoir besoin de se regrouper dans ces moments de difficulté et de nous remettre au travail face à l'Espagne, un sérieux client et un énorme défi." Dans l'esprit des Bleus, qui seront encore privés de N'Guessan ou Luka Karabatic, il y a enfin la perspective d'une dernière grosse affiche. Elles sont suffisamment peu nombreuses, à un mois et demi du TQO (du 12 au 14 mars, à Montpellier) - et donc à six mois, espérons-le, des JO - pour ne pas la disputer à fond.



"Il faut qu'on se recentre sur nous afin de nous mobiliser, approuve encore le coach adjoint Erick Mathé. A ce stade de la compétition, il est évident que cette petite finale ne se disputera pas face à une petite équipe. L’Espagne présente beaucoup de diversité avec des joueurs capables de réaliser de nombreuses choses, je pense notamment à Alex Dujshebaev ou d’autres beaucoup plus puissants comme Jorge Maqueda. Cette équipe dispose de rotations très complémentaires. Elle s’appuie aussi sur deux gardiens de haute qualité. On verra également laquelle des deux équipes se remettra le plus facilement de son élimination. Il sera aussi question de suprématie entre voisins. C’est sûrement l’équipe la plus fraiche psychologiquement qui l’emportera."

Le bilan est de 38 victoires à 35 en faveur de l'équipe de France, dont quatre lors des cinq derniers matchs. Le souvenir de l'élimination en demi-finales de l'Euro 2018, en Croatie (27-23), reste également vivace pour les Bleus. Il y a deux ans, ils étaient alors champions du monde en titre et dirigés par Didier Dinart...

 


 


>