Bleus : Un Mondial sous le signe de prudence et de l'ambition pour Guillaume Gille

C’est une nouvelle équipe de France qui va aborder le Mondial 2021. Un an après l’échec criant de l’Euro, avec une 14eme place et le départ houleux de Didier Dinart, c’est à Guillaume Gille que revient la responsabilité de reconstruire une équipe qui a pris pour habitude de dominer le monde. Un projet de longue haleine qui a connu comme un faux-départ avec la défaite puis le match nul face à la Serbie pour entamer les qualifications pour l’Euro 2022. Mais qui dit reconstruction, dit également nouveau projet de jeu. « Nous souhaitons donner plus de variations, plus de vitesse à l’équipe, à partir d’une défense très stable afin de se projeter vers l’avant de façon plus forte qu’auparavant, a déclaré Guillaume Gille dans un entretien accordé au site officiel de la FFHB. En attaque, nous avons une multitude d’options à décliner, avec des joueurs différents, pour mettre les acteurs dans les meilleures conditions d’expression. Outre le chantier défensif, les autres chantiers concernant le jeu sur grand espace et l’attaque. » Mais, après les deux matchs face aux Serbes, le constat est clair avec le sélectionneur qui confirme ne pas être « satisfait du rendement de l’équipe » mais qui garde à l’esprit que son groupe doit continuer à travailler « pour que l’ensemble retrouve des couleurs et de la stabilité pour générer de la performance et de la confiance ».

Gille : « Nous allons entrer dans ce Mondial avec humilité »


Ce travail à long terme impose à l’équipe de France, sacrée championne du monde à six reprises lors des treize dernières éditions, de revoir à la baisse ses prétentions alors que la Norvège, vice-championne du monde et troisième du dernier Euro, sera son premier adversaire. « Nous allons entrer dans ce Mondial avec humilité car le projet initié avec les joueurs nécessite du temps pour s’améliorer et être intégré par l’ensemble des athlètes, assure Guillaume Gille. Il faudra continuer à grandir et, match après match, que ce groupe révèle son potentiel et que les performances soient de plus en plus abouties. » S’il assure que « l’objectif d’une équipe de France qui dispute une grande compétition est inchangé », c’est à dire être présent dans le dernier carré, le patron des Bleus ne veut pas non plus viser trop haut avec un groupe qui a connu une préparation loin d’être idéale dans une saison au calendrier surchargé pour les meilleurs joueurs. « Il est autorisé de rêver mais le principe de réalité nous amène à avoir de la mesure avant d’envisager de jouer à nouveau les premiers rôles », confirme un Guillaume Gille qui espère remettre les Bleus sur le droit chemin mais comprend que cela ne se fera pas d’un claquement de doigts.