Nouvelle-Zélande : Appel à la patience lancé par Ian Foster



L’éclaircie n’a pas duré très longtemps pour les All Blacks. Deux semaines après avoir retrouvé des couleurs en Afrique du Sud, les Néo-Zélandais sont retombés dans leur travers à l’occasion du premier des deux matchs face à l’Argentine. Pour la troisième fois de suite, la sélection dirigée par Ian Foster s’est inclinée sur ses terres. En effet, ce revers à Christchurch fait suite à ceux concédés face à l’Irlande en juillet dernier. Jamais la sélection triple championne du monde n’avait connu un tel affront dans son histoire et c’est la tête basse qu’Ian Foster s’est présenté en conférence de presse à l’issue de cette rencontre. Alors que la Fédération Néo-Zélandaise de rugby (NZR) l’a récemment conforté dans ses fonctions jusqu’à la prochaine Coupe du Monde, Ian Foster a fait amende honorable. « On n'aime pas perdre et nous savons que notre pays n'aime pas perdre non plus », a-t-il confié face à la presse dans des propos recueillis par l’AFP.


Foster : « Cette défaite fait mal »


Toutefois, le sélectionneur néo-zélandais ne s’est pas exempté de toute responsabilité et a mesuré le poids de cette nouvelle contre-performance. « Je crois que nous sommes tous dans le même bateau : cette défaite fait mal, a admis Ian Foster. Comme je l'ai déjà dit les semaines passées, nous sommes une équipe en reconstruction et parfois la confiance ne vient pas aussi vite que nous le voudrions. » Au cours des dernières rencontre, les Néo-Zélandais ont montré des failles dans leurs jeux que leur patron n’a pas cherché à minimiser. « Il y a beaucoup d'équipes qui vont essayer de nous ralentir et de nous étouffer », a admis Ian Foster alors que son équipe, qui était devant au score à la mi-temps, s’est montrée bien trop indisciplinée pour espérer mieux qu’une défaite. Les All Blacks vont devoir une nouvelle fois réagir pour éviter de plonger la tête la première dans une crise qui pourrait faire tâche à un an de la Coupe du Monde.

>