Le Real a le dernier mot

Le Real Madrid de Zinedine Zidane a toujours le mal des transports. Si, à domicile, tout va bien pour le club de la capitale espagnole depuis la nomination de l'ancien meneur de jeu de l'équipe de France, avec trois larges succès contre La Corogne (5-0), le Sporting Gijon (5-1) et l'Espanyol Barcelone (6-0), c'est beaucoup plus compliqué à l'extérieur. Après un match nul chez le Betis Séville (1-1), le Real, peu inspiré et en souffrance sur le plan défensif, a dû cravacher dimanche soir pour l'emporter à Grenade, pourtant avant-dernier de Liga (1-2, 23e journée).

Bien servi au premier poteau par Daniel Carvajal, Karim Benzema, en pleine confiance, a ouvert le score d'un plat du pied droit (0-1, 30e), son 19e but en championnat cette saison. L'avant-centre international français (81 sélections, 27 réalisations) aurait pu doubler la mise (54e, 56e), mais il ne l'a pas fait. L'ex-attaquant de Caen Youssef El-Arabi en a profité pour remettre sa formation sur de bons rails, à la suite d'un superbe travail de… l'arbitre à la récupération – ou une perte de balle de Luka Modric, c'est selon (1-1, 60e).

Finalement, le Croate s'est bien rattrapé en fin de partie, puisqu'il a redonné l'avantage au Real avec un missile en pleine lucarne (1-2, 84e). Les Merengue ont eu le dernier mot, c'est l'essentiel (pour eux). Au classement, ils restent troisièmes à un point de l'Atletico et quatre de Barcelone.