Euro 2016 : La Hongrie, 30 ans après

Reuters

Ils attendaient ça depuis 30 ans. Trente longues années que la Hongrie, grande nation du football d’antan, trépignait d’impatience à l’idée de disputer à nouveau une grande compétition. Leur dernière participation datait de 1986 et une élimination prématurée lors de phase de poules de la Coupe du Monde.

Pour retrouver trace des Mágikus Magyarok à un championnat d’Europe, il faut alors remonter à 1972. Autant dire que le ticket décroché pour l’Euro 2016 par les Hongrois était quasiment inespéré. Dans un groupe relativement homogène (Roumanie, Irlande du Nord, Finlande, Grèce et Iles Féroé), les hommes de Bernd Storck ont réalisé un parcours plutôt honorable (4 victoires, 4 nuls et 2 défaites). Insuffisant cependant pour se qualifier directement. Troisième de sa poule, la Hongrie a dû passer par la case « barrages » dont elle s’extirpera assez facilement avec deux succès face à la Norvège. Seul bémol de ces éliminatoires, le peu de buts inscrits.

Avec seulement 11 réalisations en 10 matches, les Hongrois possèdent l’une des attaques les moins prolifiques parmi les équipes qualifiées. En l’absence de réel buteur, 9 joueurs se sont relayés pour faire trembler les filets adverses. Il faut dire que même en club, les attaquants hongrois peinent à briller à l’exception de Nemanja Nikolić auteur de 28 réalisations cette saison avec le Legia Varsovie. Dépourvu de « stars », la sélection magyare s’appuie essentiellement sur son collectif. Un effectif dans l’ensemble expérimenté voire vieillissant. A l’image du gardien Gabor Kiraly qui vient de fêter ses 40 ans.  

Le joueur à suivre : Balázs Dzsudzsák

Capitaine emblématique, il est un peu l’âme de cette équipe. Balázs Dzsudzsák est aussi l’un des joueurs hongrois ayant eu la carrière la plus honorable. Le milieu de terrain, pouvant également évoluer sur un côté, a connu ses plus belles heures sous le maillot de Debrecen et du PSV. Aujourd’hui à Bursaspor et malgré des expériences ratées en Russie, il reste l’idole du pays. En sélection depuis 2007, il est l’un des cadres des Magyares. L’apport offensif du gaucher est indéniable. Précieux sur coups de pied arrêtés, il a d’ailleurs délivré 3 passes décisives pendant les éliminatoires. Touché à la cuisse il y a quelques semaines, il devrait être remis pour le début de l’Euro. Un soulagement pour la Hongrie qui attend énormément de son joueur lors de cette compétition.  

L'équipe type

La liste des 23

L'avis de la redac' 

La Hongrie possède un collectif solide qui posera problème au Portugal, à l’Autriche et l’Islande. Mais on les voit difficilement accrocher une place qualificative, surtout au vu de leurs problèmes offensifs. Qu’on se le dise, participer aux huitièmes de finale serait quasi héroïque.

La fiche équipe de la Hongrie