Borussia Dortmund : Jusqu’où ira Aubameyang ?

Reuters

En Allemagne, si le Bayern Munich n’a pas encore plié la Bundesliga, la faute est à mettre sur un homme : Pierre-Emerick Aubameyang. L’artificier en chef de Dortmund est actuellement seul en tête du classement des buteurs avec 18 réalisations en seulement 16 journées, soit trois unités devant l’autre machine du championnat, Robert Lewandowski. Un score qui permet à son équipe de ne compter « que » cinq points de débours sur les Bavarois. Alors qu’il reste encore outre-Rhin une rencontre de Buli avant la trêve hivernale, « Aubam » a déjà battu son total de buts de l’an passé (16) et n’est plus qu’à une réalisation de son record en carrière, obtenu du temps de Saint-Etienne (19 buts en Ligue 1 sur la saison 2012/2013). Comment expliquer cette phénoménale progression ? Tentative d’explication.

Un replacement gagnant

Réputé depuis le début de sa carrière comme un joueur de couloir à la vitesse supersonique, la Panthère du Gabon s’épanouit depuis l’an dernier dans un rôle d’attaquant axial qui lui va comme un gant. Devant la méforme de Ciro Immobile et le faible niveau d’Adrien Ramos, Jurgen Klöpp a tenté le pari de titulariser la saison passée l’athlétique joueur de 26 ans à la pointe de son système offensif. Un choix payant puisqu’il permet entre autres aux pensionnaires du Signal Iduna Park de sauver un début d’exercice catastrophique (avant-dernier à la trêve !) en décrochant une septième place synonyme d’Europa League.

Sous l’égide du nouveau coach Thomas Tuchel, la donne est restée la même et Aubameyang est aujourd’hui l’homme de base de l’attaque jaune et noir. Une récompense personnelle pour celui qui ne se fixe aucune limite dans un futur proche : « Si un Ronaldo peut mettre cinquante buts dans une saison, pourquoi n'en serais-je pas capable ? »

Un style de jeu à sa mesure

Avec Tuchel comme sous l’ère Klopp, la formule tactique reste peu ou prou la même. A savoir un pressing tout-terrain très intense, des latéraux offensifs, des milieux créatifs et des attaquants rapides exploitant avec opportunisme la moindre contre-attaque. Un système dont profite avec gourmandise Aubameyang qui peut faire parler sa pointe de vitesse sur les ballons en profondeur tout en se muant en renard des surfaces sur les nombreuses offrandes distillées par ses partenaires de l’entrejeu (Kagawa, Reus, Mkhitaryan, Gundogan).

Car là où les progrès du lavallois de naissance sont les plus notables, c’est dans sa propension à profiter de la moindre occasion pour faire trembler les filets. Capable de tirer des deux pieds comme de faire parler son timing dans le jeu aérien, l’ex-monégasque représente un casse-tête insoluble pour ses adversaires, qui doivent constamment se méfier de ses appels de balle sur jeu rapide tout en le surveillant de près sur attaque placée. Une progression qui lui permet de rêver du mythique record de Gerd Müller datant de 1972 où Der Bomber avait planté 40 pions en Bundesliga sous le maillot du Bayern.

Un avenir radieux… loin de Dortmund ?

Avec de telles statistiques, inutile de dire que les plus grandes écuries du continent lorgnent sur PEA. Du FC Barcelone à Liverpool, nombreux espèrent convaincre Aubameyang de quitter le BvB. Puisqu’il est sous contrat jusqu’en 2020, c’est d’abord le Borussia Dortmund qu’il faudra amadouer pour recruter le numéro 17 des Borussen. Sport Bild évoque la somme de 60 M€ comme clause de départ. A ce prix-là, forcément, la concurrence sera féroce et la lutte acharnée pour obtenir la signature de l’un des meilleurs buteurs du moment.