Bordeaux va déposer un recours contre sa rétrogradation en National 1

Thierry Breton / Panoramic

Les Girondins de Bordeaux, dont la rétrogradation administrative en National (3e div.) a été confirmée mardi en appel par la DNCG fédérale, le gendarme du football français, ont dénoncé une "décision incompréhensible" contre laquelle ils vont formuler "un recours". "Cette décision injuste est inacceptable et incompréhensible (...) Je me battrai jusqu'au bout et c'est la raison pour laquelle nous avons décidé d'exercer un recours contre cette décision inique", a annoncé le propriétaire du club, Gérard Lopez, dans un communiqué, sans préciser auprès de quelle juridiction le recours allait être formulé. Les Girondins, relégués sportivement de Ligue 1 à Ligue 2, puis administrativement en National, ont la possibilité de saisir le Comité olympique (CNOSF) ainsi que la justice administrative.

"Le club et son actionnaire ont en effet présenté un projet considéré par tous les professionnels comme solide et qui répond point par point aux attentes exprimées par la commission (DNCG) en première instance (mi-juin, NDLR)", reprend le club dans un communiqué. Les Girondins "n'excluent pas" d'autres recours contre cette décision, a par ailleurs indiqué à l'AFP une source proche du club, se targuant d'avoir obtenu une ordonnance favorable du tribunal de commerce de Bordeaux mardi, celui-ci assurant que les récents accords trouvés par le club attestent du "sérieux d'une restructuration financière et de la fin des difficultés de la société", selon l'ordonnance consultée par l'AFP.

"Depuis la première décision de rétrogradation du club, on a travaillé d'arrache-pied et on a obtenu un nouvel accord avec nos créanciers, qui permettait de boucler 100% du financement demandé. Cette décision menace clairement de disparition un grand club français et 300 emplois et on va donc exercer un recours pour ne pas en rester là", a poursuivi le directeur général délégué Thomas Jacquemier, lors d'un point presse à Paris. En difficulté financière après sa relégation sportive en Ligue 2 à la fin de la saison passée, le club girondin, reçu mardi à Paris, n'a pas réussi à convaincre la DNCG fédérale et son propriétaire hispano-luxembourgeois Gérard Lopez avait reconnu ces derniers jours qu'en cas de décision défavorable, le club risquait le dépôt de bilan et la liquidation judiciaire.


>