Bayern Munich : Arjen Robben, l’éternel retour en grâce

Imago / Panoramic

Il s’en est relevé. Comme toujours serait-on tenté de dire. Le destin lui a pourtant longtemps barré la route, et la saison passée, on croit à un arrêt de parcours définitif du Néerlandais sous le maillot du Bayern quand une énième blessure à la cuisse mi-mars le contraint à manquer la fin d’exercice et un match primordial contre l’Atlético Madrid en demi-finale retour de Ligue des Champions. Le numéro 10 est en fin de contrat en juin 2017 et les rumeurs commencent à fleurir doucement : Robben n’est plus certain de reporter un jour la tunique munichoise.

C’est mal connaître l’abnégation et le talent de la star de 33 ans. Dans un secteur extrêmement concurrentiel en Bavière où Carlo Ancelotti dispose pour animer ses couloirs de Thomas Müller, Douglas Costa, Franck Ribéry et Kingsley Coman, la place de titulaire vaut chère. Avec Arjen Robben, cela fait cinq hommes pour deux postes, presque trois en considérant celui de milieu offensif axial.

Un crack qui ne casse plus

Pas de quoi faire peur à l’ex-funambule de Chelsea et du Real Madrid, véritable maillon fort du technicien transalpin au cours des derniers mois. Avec 8 buts et 4 passes décisives, il est le joueur le plus impliqué dans les buts du FC Bayern en Bundesliga derrière la machine Robert Lewandowski (19 buts, 2 passes décisives) et le deuxième meilleur buteur de l’équipe dans le sillage du goleador polonais.

Malgré une alerte fin septembre, Robben traverse pour le moment la saison sans trop d’encombres. Un bonheur pour le staff bavarois et les supporters de l’Allianz Arena, qui se délectent lors de chacune de ses apparitions de son fameux crochet extérieur pied gauche. Son dribble signature. Mais aussi de ses buts dingues, comme face à Arsenal en C1. Longtemps précédé d’une réputation « d’homme de verre », Robben rattrape allègrement le temps perdu lorsque son physique lui permet de fouler les vertes pelouses de Bundesliga. Il a déjà dépassé son total de rencontres de l’an dernier en championnat et enchaîne les prestations de grande classe au sein du rouleau-compresseur allemand.

La Chine ? Une fin de non-recevoir

"L’argent n’a jamais été un facteur décisif dans ma carrière."

Arjen Robben

En toute logique, l’international oranje a paraphé en janvier un nouveau contrat d’un an avec le club le plus titré d’outre-Rhin, portant son engagement avec le Bayern jusqu’en juin 2018. Pourtant, la Chine lui faisait les yeux doux cet hiver. Sauf que Robben et son crâne luisant en a encore dans les jambes et ne se voit pas rejoindre en pré-retraite Ezequiel Lavezzi, Carlos Tévez ou Hernanes. "En Chine, tant d’argent circule (...). L’argent n’a jamais été un facteur décisif dans ma carrière. J’ai toujours opté pour des critères sportifs. (...) Pour le moment, la Chine n’est pas un sujet pour moi. Les chances que je parte en Chine sont minimes." Une bonne nouvelle pour les amoureux du football en Europe. Un peu moins pour les reins des défenseurs du Vieux Continent.

@NicolasSarnak