Argentine : Icardi, le retour du banni

Reuters

C'est une étiquette qui colle (un peu trop) à la peau de Mauro Icardi. Celle du joueur qui a piqué la femme de son coéquipier. Fin 2013, l'affaire avait fait grand bruit lorsque l’Argentin officialisait sa relation avec Wanda Nara, ex-femme de Maxi Lopez, son compatriote et ami. Depuis, le trio amoureux se livre une guerre ouverte aussi bien sur les réseaux sociaux que par médias interposés. Si bien que tout le monde a jugé bon de polémiquer sur cette histoire. « En Argentine, on colle souvent des étiquettes aux joueurs par rapport à l’extrasportif. On parle des tatouages d’Icardi,  de l’histoire avec sa femme, le fait aussi qu’elle soit plus âgée et qu’elle soit son agent. Mais bon, il est tombé amoureux d’une femme et voilà. Ça ne nous concerne pas. On n’a pas à interférer, il ne doit pas y avoir de moral là-dedans. Il faut s’attarder sur l’aspect purement sportif » explique Omar Da Fonseca.  

Mais tout le monde n’est pas aussi tempéré que notre consultant. Récemment, Diego Maradona a remis une couche sur le sujet Icardi. « Cest un traitre. Tu ne peux pas aller dîner chez ton ami et après te marier avec sa femme ! C’est une trahison ! Mauro est un grand joueur mais ce qu’il a fait à Maxi Lopez est impardonnable. Il va le payer » a déclaré El Pibe de Oro.

Oui mais voilà. Mauro Icardi ce n'est pas que ça. C'est aussi (et surtout) près de 20 buts de moyenne en Serie A sur les trois dernières saisons. Formé au FC Barcelone, l’Argentin fait le bonheur de l’Inter depuis maintenant quatre ans.  A seulement 24 ans, le capitaine des Nerazzurri s’est imposé comme l'un des meilleurs attaquants en Europe.

Pourtant, malgré des prestations remarquables en Italie, Mauro Icardi ne compte qu'une seule cape avec l'Albiceleste (en octobre 2013). Certes, l’Argentine regorge de talents, notamment offensifs, mais le natif de Rosario a sciemment été écarté de la sélection. La faute, toujours, a cette histoire extrasportive. Alejandro Sabella, Tata Martino, Edgardo Bauza : tous ont fait le choix de se passer de l'attaquant interiste. Absurde pour Omar Da Fonseca :
« Leurs arguments sortaient de la logique. Car selon moi, Icardi méritait plus qu’Higuain depuis quelque temps. Mais heureusement Sampaoli est venu mettre un coup de pied dans la fourmilière ».

 

En effet, Jorge Sampaoli, arrivé à la tête de la sélection argentine en juin dernier, a (enfin) décidé de déroger à la règle de l'ostracisme. Dès sa première liste, l’ancien coach du FC Seville a appelé Icardi. Après trois ans et demi d’absence, le vilain petit canard de l’Argentine a donc fait son retour en sélection. Mais blessé, le joueur de l’Inter n’avait pas pu disputer la moindre minute avec l’Albiceleste.


Ce n’est que partie remise. Car Sampaoli l’a de nouveau convoqué pour les matchs face à l’Uruguay et le Venezuela.  Une bonne nouvelle pour Omar Da Fonseca, impatient de voir jouer le jeune attaquant : « C’est l’avenir de la sélection argentine. Il a un boulevard devant lui. Tous ses concurrents, comme Higuain, Aguero et Tevez, ont échoué que ce soit pendant les éliminatoires, en Coupe du Monde ou en Copa America. Il a les caractéristiques pour jouer avec Messi et Dybala. Je pense qu’il va bonifier leur entente. Il respire un peu le même football qu’eux. Il n’aime pas rester statique, ce n’est pas un point de fixation.  C’est un joueur très intelligent et malin, qui sait très bien se déplacer. Il peut renverser le côté sceptique des Argentins ». Premier test cette nuit face à l’Uruguay (01h sur beIN SPORTS 2).  Et pour une fois, Mauro Icardi sera enfin jugé sur ses performances.