5 choses à savoir sur France-Albanie

Reuters

L’Albanie, cette vieille connaissance

La nation de Lorik Cana (suspendu ce soir) va devenir avec le match à venir la formation que la France aura le plus affronté depuis 2011 (5 fois). Il s’agira en revanche de la grande première entre les deux pays lors d’un Euro. En compétitions officielles, les Bleus en sont à quatre succès en autant de rencontres contre l’Albanie. De bon augure avant ce soir ?

Le Vélodrome, un stade qui plaît aux Bleus

L’équipe de France est souveraine lorsqu’elle évolue à Marseille. Pour preuve, les Tricolores n’y ont perdu qu’un seul de leur onze derniers matchs (sept victoires, trois nuls). La dernière défaite est intervenue contre l’Argentine le 11 février 2009 (0-2). Lors d’un Euro, la France a évolué deux fois au Vélodrome, avec à la clé un revers contre la Tchécoslovaquie (0-2) en 1960 et un succès contre le Portugal en 1984 (3-2).

L’Albanie cale en attaque

Jamais l’Albanie n’a inscrit plus d’un but à l’équipe de France au cours du même match (trois réalisations en six rencontres). Ces trois buts ont la particularité d’avoir tous été marqué entre la 40e et la 46e minute de jeu. Lors des éliminatoires, l’adversaire des Bleus a eu un mal fou à faire trembler les filets avec seulement 7 buts en 7 matchs.

Giroud, l’homme en forme

L’attaquant d’Arsenal vit une période dorée actuellement en équipe de France. En atteste ses 8 buts lors de ses six dernières titularisations en équipe de France. Le Gunner a d’ailleurs marqué lors de chacune de ses six dernières titularisations, meilleure série sur les dix dernières années.

Payet, la bonne étoile olympienne

Le milieu offensif de 29 ans a laissé d’excellents souvenirs au public marseillais puisqu’il a marqué 6 buts et délivré 9 passes décisives lors de ses 17 derniers matches joués au Vélodrome avec Marseille. De quoi attendre encore des merveilles ce soir du numéro 8 français ?


>