Pays-Bas : Les défis de Frank de Boer

Reuters

Poursuivre le travail de Ronald Koeman

Dans un premier temps, celui qui a porté le maillot national à 112 reprises (ce qui en fait le troisième joueur le plus capé derrière Wesley Sneijder et Edwin van der Sar) devra poursuivre le brillant travail entamé ces deux dernières saisons par Koeman. Alors que les Néerlandais ne s'étaient pas qualifiés pour l'Euro-2016 en France et le Mondial-2018 en Russie, Koeman était parvenu en quelques mois à refaire des Pays-Bas une nation qui compte en renouvelant un effectif comptant à nouveau des joueurs de premier plan, à l'image de Virgil van Dijk, l'imposant défenseur de Liverpool ou de Memphis Depay, le buteur de l'Olympique Lyonnais. Sous Koeman, les Oranje ont dominé notamment l'Allemagne, la France et l'Angleterre en Ligue des nations. "Mais attention: je ne serai pas un Koeman 2.0. J'ai ma propre approche", prévient le nouveau coach.

Gagner la confiance du vestiaire

Les dernières saisons de De Boer en tant qu'entraîneur n'ont guère été convaincantes. Frank, le frère jumeau de Ronald de Boer lui aussi ancien international néerlandais, vient d'être limogé d'Atlanta United (Etats-Unis) après des expériences mitigées sur les bancs de Crystal Palace et de l'Inter Milan. Avant cela, il avait toutefois décroché à quatre reprises le titre de champion des Pays-Bas avec l'Ajax Amsterdam qu'il entraîna de 2010 à 2016. Mais ses dernières saisons peu convaincantes ont fait naître des doutes à son sujet à tel point que, selon certains médias néerlandais, plusieurs cadres de l'équipe auraient vu d'un meilleur oeil le retour de Louis van Gaal à la tête de la sélection, voire l'arrivée de Henk ten Cate. "C'est faux, assure le capitaine Virgil van Dijk. La Fédération a certes demandé l'avis de certains joueurs, mais il n'y a jamais eu de veto vis-à-vis de De Boer". Ce dernier sait toutefois qu'il n'arrive pas en terrain conquis.

Gagner la Ligue des nations

Le premier match de De Boer à la tête des Oranje sera une rencontre de préparation mercredi à Amsterdam face au Mexique. "Un match sans grande importance", selon l'entraîneur qui se contentera d'observer et d'effectuer quelques essais. "Les matches qui comptent, ce sont les deux suivants, en Ligue des nations" face à la Bosnie puis l'Italie. "Ce sont ces matches-là qu'il faudra gagner pour améliorer notre position au classement Fifa, ce qui nous placera en meilleure posture lors du tirage au sort pour les qualifications de la prochaine Coupe du monde".

Remporter la Coupe du monde 2022

Car De Boer est ambitieux et son objectif affiché est de devenir champion du monde en 2022, même s'il y aura entretemps l'Euro en 2021 programmé dans 12 villes d'Europe, dont Amsterdam. Le nouveau patron des Oranje se souvient qu'il a été l'un des adjoints du sélectionneur Bert van Marwijk, de 2008 à 2010, lorsque l'équipe des Pays-Bas fut finaliste du Mondial-2010 en Afrique du Sud. "Nous disposions alors d'une génération dorée" avec notamment Van der Sar, Sneijder, Robben ou Van Persie. Et après un creux générationnel, les Pays-Bas peuvent à nouveau compter sur un effectif comportant de nombreux talents de niveau mondial. Parmi eux, les joueurs de Liverpool Van Dijk (l'un des meilleurs défenseurs du monde) et Georginio Wijnaldum, Donny van de Beek (Manchester United), Frenkie de Jong (FC Barcelone) ou encore Memphis Depay (Lyon). "Avec ce matériel joueur, nous nous devons d'être ambitieux", a prévenu le nouveau sélectionneur.


>