Ukraine : L'esprit insufflé par Shevchenko à faire perdurer

Après cinq ans de bons et loyaux services, Andrei Shevchenko a vu son contrat, à la tête de la sélection d'Ukraine de football, prendre fin. Pour le remplacer, sa Fédération a décidé de faire confiance à Oleksandar Petrakov, aujourd'hui âgé de 64 ans et qui a notamment été en charge, par le passé, des moins de 20 ans. Sous sa houlette, les jeunes ukrainiens ont ainsi notamment décroché le titre de champion du monde des moins de 20 ans, il y a deux ans, soit en 2019, du côté de la Pologne. Petrakov s'est donc désormais installé sur le banc de l'équipe senior. Surtout, il a pris la suite d'un sélectionneur qui reste sur un quart de finale enregistré à l'Euro 2021, contre l'Angleterre. Une très bonne performance, surtout lorsque l'on sait que Shevchenko, à son arrivée à ce poste en 2016, récupérait alors des hommes qui sortait d'un Euro 2016, du côté de la France, catastrophique et une dernière place finale.

 

L'Ukraine a multiplié les bonnes performances


Andrei Shevchenko a donc tout changé et son héritage devra faire en sorte d'être perduré par son successeur. Ce quart de finale, cinq ans après, n'est pas anodin. En effet, lors des trois années précédentes, l'Ukraine venait alors d'enchaîner toute une série de résultats plus que probants. Comme par exemple lors des qualifications pour ce fameux Euro 2020, puisque les Ukrainiens avaient, tout simplement, fini en tête de leur groupe, devant, ni plus ni moins, que le Portugal, alors champion d'Europe en titre. Une campagne d'un total de huit matches et durant laquelle la Zbirna avait alors terminé invaincue, soit un bilan de six victoires pour également deux matches nuls en huit rencontres disputées. Parmi ses victoires, comment ne pas citer celle contre le Portugal (2-1) ou bien encore celle face à la Serbie (5-0). Surtout, les hommes d'Andrei Shevchenko avaient alors une certaine confiance défensive, qui leur avait ainsi permis de n'encaisser que quatre petits buts.

 

La France a déjà été gênée en mars


Lors de la dernière Ligue des Nations, l'Ukraine avait également accroché à son tableau de chasse la Suisse (2-1), mais également l'Espagne (1-0). Des bonnes performances qui pouvaient également s'expliquer par l'animation choisie par Shevchenko, adepte d'un 4-1-4-1 modulable en 4-3-3. Un système qui pouvait alors permettre surtout à son milieu de terrain de se mettre particulièrement en évidence. Contre les grosses nations, il préférait alors mettre cinq hommes devant et la France (1-1), dans le cadre des qualifications à la Coupe du Monde 2022, au mois de mars dernier, s'en souvient certainement encore. Une cohérence et une solidité que Oleksandar Petrakov va devoir tenter de conserver, de préférence sur le long terme. Et pourquoi pas à nouveau gêner la France, ce samedi soir (20h45).

>