Tunisie - Skhiri : ''Beaucoup à apprendre''



Ellyes, quel est votre sentiment après cette défaite malgré une ambiance de feu ?
C'est vrai qu'il y avait une très belle ambiance. C'est dommage que le match bascule de la sorte. On a peut-être été un peu trop agressifs, je ne sais pas. C'est un score sévère, mais il y a beaucoup à apprendre de ce genre de match. On a joué contre une très belle équipe du Brésil, on a essayé de donner ce qu'on pouvait en seconde période, il y a eu de belles choses, mais ce n'était malheureusement pas suffisant.

Un mot encore sur vos supporters, venus en masse ?
On en est très heureux, très fiers, on les remercie grandement. L'ambiance a été belle, elle s'est peut-être éteinte un peu vite avec les faits de jeu. C'aurait pu être une fête meilleure encore, mais la soirée reste belle pour les supporters.

L'hymne brésilien a été sifflé et les joueurs brésiliens hués, cela gâche un peu la fête, non ?
Cela arrive avec toutes les nations. Je pense quand même que les sifflets se sont arrêtés assez rapidement, mais ce ne sont pas des choses qu'on a envie de voir ou d'entendre.

« On a un peu perdu nos nerfs »


Qu'avez-vous appris ce soir qui va vous resservir ?
On a vu que sur ce match on a un peu perdu nos nerfs. Je ne veux pas trop parler de l'arbitrage, mais à part ça on a vu qu'il fallait mieux gérer la profondeur, contre une équipe qui a la qualité technique de trouver les failles. On va analyser le match, voir ce qui a été et ce qui n'a pas été. On ne sort pas la tête dans le sac, mais on a perdu contre meilleur que nous, il n'y a rien à dire.

Que vous a-t-il manqué pour les inquiéter ?
On a vu qu'ils étaient très efficaces. Dès leur première situation, ils arrivent à finir. Cela a compliqué le match. On a plus tenté en seconde période, en essayant de bien ressortir le ballon. On a vu qu'on pouvait développer de belles séquences de jeu. On a joué contre le top mondial, cela fait partie de notre apprentissage.

Mentalement, le fait d'avoir pris 5 buts dans un dernier match de préparation ne risque-t-il pas de laisser des traces ?
Je ne pense pas, on sait qu'on a joué contre une des meilleures équipes du monde. On a vu qu'on avait beaucoup à apprendre, mais que par séquences on pouvait montrer un beau visage.

Vous allez jouer le Danemark, l'Australie et la France, cela s'annonce difficile...
On est conscient de la difficulté de ce groupe. On ne va pas les sous-estimer, on sait qu'on ne part pas favoris. Le début de la compétition sera le moment de vérité. On va jouer une équipe du Danemark que je trouve très sous-estimée, on l'a vu avec ses résultats contre la France. On va se préparer au mieux pour répondre présent.

>