Tunisie : Kadri insiste sur le « travail mental »

Le sélectionneur de la Tunisie, Jalel Kadri, s'est présenté devant la presse après la lourde défaite de son équipe face au Brésil (5-1), mardi soir à Paris. Futurs adversaires du Danemark de l'Australie et de la France, les Aigles de Carthage entendent tirer les leçons de cette déconvenue.

 

« Nous savons que la France est de même qualité que le Brésil ce soir, donc c’est à nous de rectifier nos manques et de trouver les solutions, a constaté Jalel Kadri. Face à une équipe d’un tel niveau, il ne faut jamais laisser d’espaces, il faut rester au maximum possible rester très concentrés, on n’a pas le droit de faire de tels erreurs. Face à une équipe d’un niveau plus bas, ça peut passer, mais face à un adversaire pareil, il faut être très attentifs, réduire au maximum les espaces (...) et jouer sur nos repères tactiques, surtout au niveau de notre comportement défensif, c’est là où l’équipe tunisienne peut être performante. »

 

« La France reste favorite »

 

Contrarié d'avoir vu ses hommes perdre leurs nerfs au fil de la première période, Jalel Kadri a insisté sur l'importance du travail psychologique, même face à des Bleus potentiellement diminués par les absences et les incertitudes. « Il faut travailler sur le plan mental, nous savons que nous avons des jeunes joueurs, parfois il faut savoir retenir les leçons et surtout il faut se calmer (...) et savoir gérer les moments difficiles », a poursuivi le sélectionneur, avant de revenir sur la situation de son confrère Didier Deschamps, présent au Parc des Princes pour cet amical de gala.

 

« Nous savons tous qu’avec les absences, les difficultés que vit l’équipe de France ces derniers temps, ce n’est pas facile pour n’importe quel entraineur... Pour moi c’est compréhensible et nous savons tous que l’équipe de France, dès qu’elle a son effectif, elle est à son meilleur niveau, et reste une équipe favorite pour remporter la deuxième Coupe du monde d’affilée. »


>