Qualifs Mondial-2022: Flick doit refaire gagner et... aimer l'Allemagne

Panoramic

Le coach qui a mené le Bayern au sommet du monde en 2020 hérite d'une équipe qui ne s'est toujours pas remise de son élimination au premier tour du Mondial en Russie. Et qui a dégringolé en trois ans à la 16e place du classement Fifa, à force d'accumuler des faux pas indignes de son standing. Même la qualification pour le Mondial-2022 au Qatar a commencé au printemps dernier de façon chaotique. Après une victoire contre l'Islande (3-0), elle a rechuté avec une stupéfiante défaite à domicile contre... la Macédoine du Nord (1-2)! Après deux matches, l'Allemagne est troisième de son groupe. Sans oublier l'humiliante gifle qui avait précédé, adressée par l'Espagne en Ligue des Nations en novembre 2020 (6-0).

S'il avait survécu à cette déroute, Joachim Löw, resté 15 ans en poste, est finalement parti sur une élimination sans gloire en huitièmes de finale de l'Euro contre l'Angleterre. Il laisse la place à Flick, son adjoint lors du sacre mondial au Brésil en 2014. Après le Liechtenstein à Saint-Gall, en Suisse, la Mannschaft enchaîne dimanche avec l'Arménie à Stuttgart, avant un déplacement en Islande trois jours plus tard.

Les Three Lions sortent l'Allemagne de Low :

Critiques tous azimuts 

Dans ce groupe réputé facile, Flick s'est vu assigner une mission: "Nous voulons regagner les coeurs, nous rendre sympathiques et jouer un football gagnant, dynamique et attractif", lui a demandé le directeur de la Fédération allemande Oliver Bierhoff, supérieur hiérarchique direct de Flick: "Pendant l'Euro, on a de nouveau entendu la même critique sur le manque de passion. Nous voulons changer cela." Avant le Covid, la sélection allemande ne remplissait plus les stades, et les chiffres des audiences TV ont battu des records à la baisse, dans un contexte de critiques tous azimuts de la presse et des anciens internationaux lors des dernières saisons de Löw.

"Hansi est quelqu'un qui sait atteindre ses objectifs et imposer ses idées de façon très subtile"

Flick, qui avait rendu au Bayern sa joie de jouer, est l'homme de la situation, estime Bierhoff: "Hansi est quelqu'un qui sait atteindre ses objectifs et imposer ses idées de façon très subtile, sans faire peur aux gens, mais au contraire en les convainquant et créant un esprit d'unité, tout en gardant une ligne claire"Le Bavarois devrait instiller à la Mannschaft le football de pressing haut et de contre-attaques rapides qui lui a permis de remporter six titres en deux saisons au Bayern, dont le triplé coupe/championnat/Ligue des champions en 2020.

"Sa philosophie nous convient"

"Hansi a commencé à nous enseigner sa philosophie du jeu", a dit mardi Marco Reus, de retour dans l'équipe après avoir manqué l'Euro: "ça prendra du temps, mais cette philosophie nous convient.Le nouveau coach envisage de revenir à une défense à quatre, après les dernières tentatives peu concluantes de défense à trois de Joachim Löw. Il va aussi repositionner Ilkay Gündogan en milieu offensif (il était défensif à l'Euro), le poste où il brille à Manchester City. "C'est en numéro 8 ou 10 que je me sens le mieux, c'est là que je joue presque toujours en club", a rappelé le "Citizen", très heureux de son premier long tête à tête avec Flick: "C'était un très bon entretien, j'ai ressenti de l'estime de sa part", s'est-il félicité.

Gündoğan : "Il fallait que je parle avec Flick" :

En matière de hiérarchie les cadres, Flick jouera dans un premier temps la continuité, en laissant le brassard de capitaine à Manuel Neuer, toujours seul titulaire dans les buts à 35 ans, tandis que Marc-André ter Stegen bout d'impatience depuis des années sur le banc.


>