Qualifs Mondial-2022 - Espagne: Luis Enrique et ses jeunes en quête de la pole

Panoramic

Le fol été est terminé: après l'espoir puis la désillusion de l'aventure à l'Euro (élimination aux tirs au but face aux futurs champions italiens, 1-1 a.p.), après le départ du capitaine Sergio Ramos vers le Paris Saint-Germain, puis l'incroyable clôture du mercato qui a tenu toute l'Espagne du football en haleine jusque tard dans la nuit de mardi à mercredi, la Roja entre à nouveau en scène mercredi. Pour cette fenêtre internationale de septembre, Luis Enrique reste sur sa ligne : lancer des jeunes, tenter de nouvelles choses.

Comme pour l'Euro, Luis Enrique n'a sélectionné aucun joueur du Real Madrid pour ces trois matches face à la Suède (mercredi), la Géorgie (dimanche) et le Kosovo (8 septembre). Même s'il a octroyé des vacances aux joueurs qui ont enchaîné la saison dernière, l'Euro, les Jeux olympiques et la reprise (comme Pedri, Mikel Oyarzabal par exemple), le sélectionneur espagnol a persisté dans sa politique d'expérimentations, en convoquant notamment pour la première fois le jeune avant-centre de Braga formé à Barcelone, Abel Ruiz (21 ans), ainsi que le milieu offensif du Celta Vigo Brais Mendez (24 ans) ou encore Pablo Fornals (25 ans) qui évolue à West Ham.

Première place en jeu

Même si l'aventure européenne s'est soldée par une déception en demi-finale, l'Espagne a été la sélection surprise de cet Euro, réussissant malgré sa jeunesse à se hisser vers le dernier carré. "On aurait aimé arriver en finale, mais on en ressort avec pas mal de réflexions. La sélection a réussi à se hisser parmi les sept ou huit meilleurs. C'est l'équipe qui a généré le plus d'occasions, celle qui a fait le plus de centres dans la surface, et selon moi, celle qui a pratiqué le meilleur football. On était la 5e sélection la plus jeune, on n'atteignait même pas les 522 sélections entre tous les joueurs, quand les favoris dépassaient les 1000", a réagi Luis Enrique à l'annonce de la liste pour cette fenêtre de septembre.

L'Espagne a tiré les leçons de son Euro. Et elle a tiré les leçons de son match face à la Suède, en phase de poules, le 14 juin (0-0). Lors de ce premier affrontement de l'Euro pour l'Espagne, les hommes de Luis Enrique n'avaient pas réussi à faire trembler les filets suédois, malgré 75% de possession de balle (!) et 17 tirs, dont cinq cadrés. Une maladresse qui a poursuivi l'Espagne durant toute la phase de groupes... mais dont Luis Enrique s'est nourri pour corriger le tir dans la phase éliminatoire.

Et la Roja devra obligatoirement faire mieux mercredi à Solna, au nord-ouest de Stockholm. Ce match sera déterminant pour la première place du groupe B des qualifications pour le Mondial-2022 : en cas de victoire, l'Espagne aura de grandes chances de finir première de groupe et de s'ouvrir un parcours théoriquement plus aisé au Qatar.


>