Les Ivoiriens recevront au Sénégal ou au Ghana

La liste des pays africains privés de la possibilité de recevoir des rencontres internationales s'est allongée ces derniers jours. A la Guinée, contrainte à s'expatrier par le coup d'Etat du 5 septembre et l'instabilité qui en découle, est venue s'ajouter cette semaine la Côte d'Ivoire, qui doit affronter le Malawi le 6 octobre dans le cadre des éliminatoires du Mondial 2022.

La Confédération africaine de football a en effet refusé l’homologation du stade de Yamoussoukro. Les travaux en cours au stade Félix Houphouët-Boigny et la réfection de la pelouse du nouveau stade d'Ebimpé ne laissent d'autre choix aux instances ivoiriennes que de trouver une solution de repli à l'étranger. Deux options sont envisagées : le Sénégal et le Ghana.

Thiès ou Accra ? La Côte d'Ivoire va trancher


« Ce mardi, le sélectionneur national, Patrice Beaumelle ira au Sénégal [pour un examen du stade Lat Dior de Thiès] et le manager général des sélections nationales à Accra (...) pour une vérification des installations et faire notre choix », a indiqué à la presse la présidente du Comité de normalisation de la Fédération ivoirienne de football (FIF), Mariam Dao Gabala. La Côte d'Ivoire doit faire part de son choix à la CAF d'ici à ce mercredi 22 septembre.

La Guinée a déjà annoncé la semaine passée sa décision de faire jouer au Sénégal les rencontres du Syli national, contre le Soudan et le Maroc (match en retard) dans le cadre des éliminatoires du Mondial 2022. Signalons enfin que le Horoya AC de Conakry pourrait également choisir le Sénégal pour ses prochains rendez-vous de Ligue des Champions à domicile.

>